"Cuba n'est pas une démocratie" — Le Foll

07 Décembre, 2016, 07:33 | Auteur: Sandy Vega

"C'est un monument de l'histoire, d'abord, Fidel Castro". "Le président du MoDem François Bayrou, qui s'exprimait dans le Grand Rendez-vous Europe1-i Télé-Les Échos, juge que c'est " tellement énorme ", c'est " pire " qu'une faute politique, d'autant que Ségolène Royal parlait " au nom de la France ". Une salve de critiques politiques a visé ce dimanche Ségolène Royal, qui représentait la France aux funérailles de Fidel Castro à Cuba.

"Ce qu'a dit Ségolène Royal manque de mesure, de lucidité et de respect pour l'ensemble des victimes, incontestables et incontestées, de ce régime", a encore taclé Florian Philippot, le numéro deux du FN. Interrogée sur les violations des droits de l'homme reprochées par l'ONU et l'opposition au régime cubain, Ségolène Royal a souligné, au contraire, l'existence sur l'île d'"une liberté religieuse " et d'"une liberté de conscience ".

Le député LR Thierry Solère, futur porte-parole de la campagne présidentielle de François Fillon, a déploré "une faute morale et politique" et demandé que le chef de l'Etat "désavoue ses paroles".

Aux dernières nouvelles, une seule personne a approuvé haut et fort les propos de la ministre de l'environnement, on ne s'en étonnera pas: il s'agit de Jean Luc Mélenchon qui a apporté un soutien inconditionnel à Mme Royal. Ma gauche à moi, ça n'est pas cette gauche qui encense Fidel Castro ", a réagi Juliette Méadel, secrétaire d'État chargée de l'aide aux victimes et un tweet laconique mais sec du Quai d'Orsay exprime l'état d'esprit: " Inutile de polémiquer sur Fidel Castro. "On lui a fourni cette liste, mais les prisonniers croupissent toujours dans les geôles castristes", a précisé Jacobo Machover. Et de poursuivre: "Cuba n'est pas une démocratie et il y a des problèmes de liberté, et depuis longtemps". Exilée en France, la romancière Zoe Valdés a fustigé des "déclarations honteuses sur Cuba".

Ces ultimes cérémonies scellent la fin d'un deuil national de neuf jours décrété après le décès de Fidel Castro, au cours duquel les autorités et les médias d'Etat ont répété à l'envi que l'enjeu était désormais de pérenniser le legs du père de la révolution socialiste.

"Une polémique déplacée." C'est ainsi qu'a répondu, dimanche, Ségolène Royal, aux réactions suscitées par ses propos lors des obsèques de Fidel Castro à Cuba. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Recommande: