Nette défaite de l'extrême droite — Présidentielle autrichienne

06 Décembre, 2016, 05:19 | Auteur: Aubrey Nash

Le camp de Norbert Hofer a reconnu sa défaite. "Le peuple autrichien a fait le choix de l'Europe et de l'ouverture ", a déclaré François Hollande.

Ce score est certes en recul de trois points par rapport au scrutin du 22 mai, où il avait recueilli 49,7% des suffrages, mais cette élection a été invalidée en raison d'irrégularités de procédure et est considérée comme non avenue. Le ministère de l'Intérieur a toutefois indiqué que les résultats définitifs ne seraient pas proclamés avant lundi, jour où sera compté le vote par correspondance.

Après les victoires du Brexit et de Donald Trump, l'élection présidentielle autrichienne était scrutée avec attention. Alexander Van der Bellen, 72 ans, a été élu au second tour de la présidentielle autrichienne, dimanche. L'annonce de cette victoire a provoqué une explosion de joie des partisans du candidat, rassemblés au palais de la Hofburg à Vienne. Je félicite Alexander Van der Bellen pour son succès et demande à tous les Autrichiens de rester ensemble et de travailler ensemble.

En mai, les projections à l'issue du scrutin avaient donné les deux candidats au coude-à-coude. Il avait fallu attendre le décompte du vote par correspondance, le lundi, pour consacrer la victoire du candidat indépendant.

Les prochaines élections législatives sont prévues en 2018.

Les réactions soulagées se sont enchaînées en Europe: "bonne nouvelle pour l'Europe" selon le chef de la diplomatie italienne Paolo Gentiloni; "clair message pro-européen" pour le président du parlement européen Martin Schulz. "Les Autrichiens ont refusé un président d'extrême droite". Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

Quant à Jean-Christophe Cambadélis, il ne perd pas de temps: pour lui, ce succès en Autriche doit pousser les Français à participer à la primaire de la gauche...

Au cours de la campagne, Alexander Van der Bellen avait insisté sur les valeurs humanistes de la République autrichienne.

Au premier tour de l'élection, le 24 avril, les électeurs avaient éliminé les candidats des deux grands partis historiques, social-démocrate et conservateur, affichant clairement leur ras-le-bol du système en place.

Je vous remercie. Vous m'avez soutenu d'une façon formidable et je suis triste que ça n'ait pas marché.

Si l'Autriche affiche des indicateurs économiques à faire pâlir d'envie la plupart de ses voisins européens, une partie de la population se sent menacée par le déclassement, par la crise des réfugiés et par l'effet de l'élargissement de l'UE à ses voisins de l'Est. Le nouveau président a fendu la foule de journalistes pour sa première déclaration télévisuelle.

"Longue vie à notre patrie, l'Autriche".

Recommande: