Manuel Valls démissionne demain de son poste de premier ministre

06 Décembre, 2016, 04:52 | Auteur: Lynn Cook

Pour cela, l'ancien conseiller de Lionel Jospin convoque un argument massue: celui de la qualification du Front national au second tour de l'élection présidentielle, en 2002, face à l'émiettement de la gauche.

Manuel Valls démissionnera demain mardi de ses fonctions de Premier ministre qu'il occupe depuis le 31 mars 2014.

"Le temps est venu d'aller plus loin dans mon engagement politique", a déclaré le chef du gouvernement, derrière un pupitre sur lequel était inscrit "Faire gagner tout ce qui nous rassemble". Le sens de l'Etat me fait considérer que je ne peux plus être Premier ministre tout en étant candidat.

"Dans ce monde nouveau, la France sera plus forte, elle sera une grande nation, une nation éducative qui met toute son énergie et plus d'audace dans l'éducation, la formation tout au long de la vie, l'apprentissage". Je pose donc ce premier acte pour l'unité. "Je suis révolté au fond de moi-même que la gauche soit disqualifiée de la présidentielle".

Qu'on se le dise, Manuel Valls est un candidat tardif, mais un candidat préparé au point que tout va désormais être mené tambour battant. En estimant qu'il peut faire "chuter la gauche", l'ancien ministre du Redressement productif a toutefois estimé qu'il était "dangereux pour la France". Je veux poursuivre la baisse durable de l'impôt pour les classes moyennes et populaires.

Ici à Evry, je sais la force de notre jeunesse.

Une semaine pile après un déjeuner à haute tension et quatre jours après le renoncement présidentiel, François Hollande et Manuel Valls se retrouveront pour déjeuner à 13H à l'Elysée. "Je serai présente pour soutenir un candidat qui représente le cœur des valeurs du Parti socialiste", a déclaré la maire de Lille.

Le Premier ministre a annoncé qu'il était "candidat à la présidence de la République". avec la volonté de "réconcilier" la gauche. Sur le plateau de Territoires d'Infos, la matinale de Public Sénat et Sud Radio, présentée par Cyril Viguier, avec la presse quotidienne régionale, Arnaud Montebourg n'a pas été surpris par l'annonce de la candidature de Manuel Valls, prévue ce lundi soir.

20h17 : selon Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains (LR), Manuel Valls est "un candidat de substitution, le légataire universel du hollandisme". Et que sur celui de l'identité, Jean Luc Mélenchon a déjà préempté tout l'espace.

Auprès des sympathisants de gauche, Manuel Valls est crédité de 33% de réponses positives (-1% par rapport au précédent sondage du 21 novembre) devant Arnaud Montebourg (20%, +3%) et Benoît Hamon (13%, +4%). "Nous pourrons débattre de projets distincts devant le peuple de gauche ". "Rien n'est écrit" a par ailleurs martelé le candidat, dans une anaphore qui rappelle le fameux "moi, président" de Hollande.

Manuel Valls a officialisé lundi soir, lors d'un discours prononcé dans son fief d'Évry, sa candidature à l'élection présidentielle de 2017.

Recommande: