Pour Le Foll, une primaire est impossible entre président et Premier ministre

28 Novembre, 2016, 16:44 | Auteur: Lynn Cook

D'après les informations du Parisien, l'annonce a "ulcéré plusieurs ministres" qui demandent la démission de Valls et Hollande pourrait évoquer l'hypothèse d'un remaniement dès lundi. Ce dernier a pris une dimension exceptionnelle compte tenu des tensions entre les deux hommes et a duré deux heures. Hollande et Valls à la primaire a été lancée samedi matin par Claude Bartolone, en froid avec M. Hollande depuis la publication du livre "Un président ne devrait pas dire ça", dans lequel le chef de l'Etat se montre critique à son égard.

Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement et très proche du chef de l'État, est catégorique: non, François Hollande et Manuel Valls ne seront pas candidats l'un contre l'autre dans le cadre de la primaire organisée par le PS fin janvier. Un déplacement officiel prévu de longue date.

Pour Emmanuel Macron donc, c'en est trop: "Quand on est Premier ministre d'un pays dont on dit chaque jour qu'il est dans une situation historiquement grave, on ne tient pas ces propos sur le président de la République".

"Maintenant", lâche aussitôt ce même ministre, "ce serait mieux pour tout le monde si le président renonçait et laissait Valls y aller".

Interrogé sur cette réunion et sur un scénario qui verrait Manuel Valls quitter Matignon pour être remplacé par l'actuel ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, l'entourage de François Hollande a démenti catégoriquement.

"C'est totalement faux", a-t-on indiqué. "On est simplement dans la discussion entre le président et le Premier ministre pour savoir sur quoi les choses vont déboucher", a-t-il poursuivi.

La primaire de la gauche "doit donner un élan, de l'espoir", "il faut se préparer au face-à-face", "je m'y prépare, j'y suis prêt". Manuel Valls a "tout à fait la possibilité" d'être candidat, "mais à ce moment-là, il n'est plus Premier ministre".

S'il se veut rassembleur de la gauche, Manuel Valls n'omet pas de jouer sa carte personnelle.

Les divisions actuelles de la gauche française et surtout le passif du Parti Socialiste avec François Hollande à la tête de la République, pour ne pas parler de déficit en matière de popularité, vont faire en sorte que le PS devra absolument et rapidement faire son aggiornamento.

L'ancien ministre de l'Économie n'est pas le seul à se poser des questions sur le rôle de Manuel Valls en tant que chef de l'exécutif.

Recommande: