Le saumon frais bio plus contaminé que les autres ?

25 Novembre, 2016, 01:18 | Auteur: Sue Barrett
  • Le saumon frais non bio moins contaminé qu'avant

(*) Partenaire de 60 Millions pour ses tests sur les saumons, l'émission Thalassa (France 3) proposera demain, vendredi 25 novembre à 20h55, un reportage intitulé "Planète saumon: enquête sur le poisson préféré des Français". L'association de consommateurs a passé au crible un des produits phares de cette période de fêtes: le saumon. Si l'on prend le taux de dioxines et de PCB ( polychlorobiphényles) par exemple, il a été réduit de 70% en dix ans et le mercure a diminué de moitié dans le même temps. Et il s'avère que: " sur les dix pavés frais qu'on a analysés, les plus mal classés en termes de pollution sont les pavés bio ".

Selon les analyses de 60 Millions de consommateurs, le saumon non-bio n'est pas si toxique alors que le saumon bio présente des traces de contamination de métaux, dioxines, PCB ou pesticides. L'autre pays du saumon, c'est l'Irlande, qui s'est démarquée grâce à son aquaculture biologique.

Pour les saumons dits conventionnels (c'est-à-dire non-bio), "ça s'est nettement amélioré par rapport à il y a quelques années", indique Patricia Chairopoulos, journaliste auteure de l'enquête, jointe au téléphone par l'AFP.

"Concernant le mercure, les teneurs retrouvées restent, heureusement, bien en deçà de la limite réglementaire (0,5 mg/kg de poisson frais), le maximum étant atteint avec la référence Olsen (0,05 mg/kg)". La concentration la plus importante observée est de 0,05 mg/kg.

"Selon les experts interrogés par le magazine, l'environnement ne serait pas en cause mais l'alimentation des poissons". "Quatre résidus de pesticides ont été retrouvés". Patricia Chairopoulos souligne: " On ne va pas dire que le saumon est un poison et qu'il ne faut plus en manger, loin de nous cette idée ".

" Indéniablement, un certain nombre de polluants sont apportés par la nourriture ", explique Fabrice Teletchea, spécialiste de la domestication des poissons à l'université de Lorraine, dans les colonnes du magazine". Or ceux-ci, des "organochlorés", "sont interdits depuis plusieurs années et, comme les autres polluants, ils sont liés aux filières d'approvisionnement", fustige '60 millions de consommateurs'. "Elle est composée en partie de farines et d'huiles animales, issues de poissons sauvages susceptibles d'accumuler ces résidus ".

D'après l'enquête, les saumons fumés contrôlés s'en sortent mieux.

L'étude n'a pas pour objectif de vous faire stopper votre consommation de saumon, mais plutôt d'alerter les industriels pour "qu'ils soient plus vigilants sur la nature et la propreté de l'alimentation qu'ils donnent à leur saumon".

Recommande: