Lyon, la peur d'une entente hispano-italienne — Ligue des champions

23 Novembre, 2016, 12:40 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Lyon, la peur d'une entente hispano-italienne — Ligue des champions

Dans quinze jours, l'OL aura ainsi besoin d'une victoire face aux Andalous, tout en récupérant le goal-average particulier (défaite 0-1 à l'aller en Espagne). Un petit miracle aux yeux de certains qui avaient déjà relégué l'OL en Ligue Europa, comme se plaisait à le rappeler Bruno Genesio après la rencontre: "On est encore en course et c'est extraordinaire car peu de personnes pensaient qu'on puisse être encore en vie dans cette compétition". Les étoiles semblent donc alignées pour au moins continuer à espérer. Ce qui permet au club rhodanien d'avoir son destin entre ses pieds. En Ligue des Champions, l'OL n'a plus le choix. Les Turinois sont actuellement les seuls qualifiés du groupe pour les 8e de finale. L'OL est dans l'obligation de prendre les 6 derniers points en jeu.

Lyon doit remercier son attaquant-vedette. Sur le terrain, les Croates auront globalement été trop défensifs pour offrir un match plaisant, même si leurs qualités techniques ont permis d'assister à une belle fin de première période, avant que le rythme baisse après la pause. "Je n'ose imaginer une seconde que la Juve laisse filer ce match", renchérit le capitaine Maxime Gonalons.

A priori, il n'y a guère de risque.

Un pis-aller sur lequel ne crachait pas Bruno Genesio lundi en Croatie: "C'est l'autre intérêt" de cette rencontre.

Qu'en pense Jean-Michel Aulas désormais, lui qui avait préparé le terrain à une désillusion? L'OL, 7 points, recevra Séville, 10 points, et devra s'imposer avec deux buts d'écart pour s'ouvrir les portes des huitièmes de finale. On imagine pourtant aisément qu'il changera sans doute son fusil d'épaule le 7 décembre prochain en cas de victoire par deux buts d'écart sur Jorge Sampaoli et ses hommes.

Mardi soir, pour que le rêve d'une qualification pour les 8e de finale persiste, il fallait remplir deux conditions.

Recommande: