Le PS rappelle à l'ordre ses parlementaires qui soutiennent Emmanuel Macron

23 Novembre, 2016, 12:43 | Auteur: Sandy Vega
  • Alpes de Haute Provence: législatives le PS menace les députés soutiens de Macron Castaner ne cède pas

"Si on soutient un candidat qui n'est pas celui choisi par la primaire, ça posera des questions sur les investitures aux législatives", expliquait-il. Avec un message clair: un engagement avec l'étiquette du PS est conditionné au soutien du vainqueur de la primaire de la gauche pour l'élection présidentielle. Scrutin auquel s'est toujours opposé Emmanuel Macron.

Au sein de l'état major de l'ancien locataire de Bercy, on retrouve en effet trois élus socialistes: Richard Ferrand (député du Finistère), Stéphane Travert (député de la Manche) et Bariza Khiari (sénatrice de Paris).

Cet avertissement intervient alors que les militants socialistes devront se prononcer sur les investitures les 8 et 9 décembre prochains, avant une convention nationale du PS entérinant la distribution des circonscriptions à briguer, prévue pour le 17 décembre.

Ce message semble directement viser les députés qui ont rallié Emmanuel Macron et son mouvement "En Marche!".

Si pour l'instant la question de la sanction ou de l'exclusion n'est pas encore posée, Solférino a l'intention de faire comprendre aux députés pro-Macron ce à quoi ils s'engagent. "On va leur rappeler ce que ça veut dire d'être investi par le PS: c'est s'engager à soutenir le candidat du PS issu de la primaire", annonce à franceinfo un dirigeant du parti. Il faut que personne ne puisse dire: "'On ne m'avait pas prévenu'". Pourront-ils être candidats du parti pour les élections législatives, alors que leur favori n'affiche pas la volonté de participer à la primaire de la gauche? France Info avance aussi que "les candidats macronistes pourraient alors perdre leur investiture, voire être exclus du parti".

Citée par la radio publique, Corinne Erhel réaffirme: "Je suis socialiste et mes valeurs n'ont pas changé" en guise de défense. "Je soutiens Emmanuel Macron parce que je suis socialiste", appuie Richard Ferrand.

Tous sont conscients que la balle est désormais dans le camp du PS. "Le parti décidera ou non de donner cette investiture mais il était normal que je la demande", explique Stéphane Travert. Lui se voit plutôt porter les couleurs d'En Marche! aux législatives. "Le mouvement est fait pour durer et pour s'installer dans le paysage, donc avoir des élus", dit-il.

Recommande: