Nicolas Sarkozy reconnaît sa défaite à la primaire

22 Novembre, 2016, 10:23 | Auteur: Lynn Cook
  • Nicolas Sarkozy reconnaît sa défaite à la primaire

Bien que nettement battu ce dimanche soir par François Fillon, Alain Juppé sera bien présent pour l'affrontement du 2e tour, dimanche prochain.

L'ancien Premier ministre de Jacques Chirac et ex-patron de l'UMP Alain Juppé arrive sur la troisième marche du podium avec un peu plus de 21 %.

"J'ai beaucoup d'estime pour Alain Juppé, mais les choix politiques de François Fillon sont plus proches (.) Je voterai François Fillon", a annoncé M. Sarkozy dans une déclaration teintée d'émotion depuis son QG.

Loin derrière suivent Nathalie Kosciusko-Morizet (2,5%), Bruno Le Maire (2,4%) Jean-Frédéric Poisson (1,4%) et Jean-François Copé (0,3%).

Il a également son retrait de la vie politique.

Nicolas Sarkozy avait commencé son allocution, vers 22H05, en soulignant le "succès populaire incontestable" de cette primaire qui s'est "déroulée dans la dignité". "Ce premier tour a été digne et responsable (.) La défaite ne doit humilier personne car nous aurons besoin de tout le monde (.) J'ai une pensée particulière pour Nicolas Sarkozy qui a été le président de la France", a-t-il encore dit.

URNES Selon les premiers résultats du scrutin de la primaire à droite, François Fillon obtient 42,8 %...

Malgré ce retard très conséquent, "j'ai décidé de continuer le combat", un "combat projet contre projet" contre M. Fillon, a affirmé le maire de Bordeaux, confronté à la surprise générale à l'hypothèse de renoncer à un second tour. Car la dynamique enclenché par François Fillon met à mal la confiance d'Alain Juppé. Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé qu'elle soutiendrait pour sa part Alain Juppé.

Coup de tonnerre lors des Primaires de la droite et du centre.

La primaire de la droite et du centre a fortement mobilisé, dimanche 20 novembre, plus encore que prévu. Il reste plus de 8000 bureaux de vote à dépouiller. En 2011, le premier tour de la primaire socialiste avait réuni, 2,66 millions de participants. Le secrétaire d'Etat Jean-Marie Le Guen a évoqué une "thatchérisation de la droite française" incarnée selon lui par François Fillon et ses mesures "qui ne pourront jamais avoir l'assentiment des électeurs de gauche" en cas de duel de second tour face à Marine Le Pen. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Recommande: