Klinsmann "n'a pas peur" pour son avenir — Etats-Unis

22 Novembre, 2016, 11:01 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Jürgen Klinsmann à la tête des Etats Unis contre la Colombie en Copa America du Centenaire le 25 juin 2016 à Glendale en Arizona  AFP  Archives

Klinsmann lui-même se montrait plutôt confiant, déclarant ce lundi "nous sommes dans une phase de transition avec cette équipe.Les jeunes doivent encore faire leur place, il nous faut trouver des nouveaux leaders, il y a encore des défis techniques à relever, mais c'est normal à ce stade".

Le leadership de Klinsmann a été remis en question après les deux défaites des États-Unis encaissées la semaine dernière, qui ont compromis la qualification pour le Mondial de 2018 en Russie. "Tout cela sera résolu quand nous irons en Russie, car je suis absolument persuadé que nous nous qualifierons", a ajouté l'ancien attaquant de la NationalMannschaft.

Même Gulati, un proche de Klinsmann qui fut son conseiller avant même que l'ancien international allemand, établi en Californie depuis la fin de sa carrière de joueur, ne rejoigne la Fédération américaine, n'a pas pu le sauver. Depuis le Mondial-2014, où son équipe était sortie d'un groupe très relevé comprenant l'Allemagne, le Portugal et le Ghana, avant de tomber avec les honneurs en 8e de finale contre la Belgique (2-1), Klinsmann, 52 ans, a dilapidé une bonne partie de son crédit.

En 2015, quelques semaines après des victoires historiques aux Pays-Bas (4-3) et en Allemagne (2-1), en matches amicaux, les Etats-Unis s'étaient classés 4e de la Gold Cup, la Coupe des nations de la Concacaf organisée à domicile. Team USA avait également manqué la qualification pour la Coupe des Confédérations 2017 après une défaite en barrage contre le Mexique (3:2 a.p.).

Mais, en juin dernier, Klinsmann avait fait taire ses nombreux critiques en conduisant son équipe à une méritoire 4e place de la Copa America du Centenaire. Arena est actuellement l'entraîneur du Galaxy de Los Angeles dans la MLS. "Je n'ai pas peur", a confié Klinsmann au New York Times, dans son édition de lundi.

Recommande: