Merkel briguera un quatrième mandat de chancelière en 2017 — Allemagne

21 Novembre, 2016, 13:51 | Auteur: Lynn Cook
  • La chancelière allemande Angela Merkel à Berlin le 9 novembre 2016-AFP  Archives  TOBIAS SCHWARZ

C'est désormais officiel: Angela Merkel est candidate à un quatrième mandat de chancelière lors des élections législatives de 2017.

"Le combat pour nos valeurs" démocratiques ainsi que la défense "de notre mode de vie" face à la montée des populismes seront l'un des éléments-clés de mon programme, a déclaré à l'issue d'une réunion de son parti conservateur (CDU) à Berlin la chancelière, favorite des sondages. La chancelière allemande, Angela Merkel, 62 ans, a mis fin dimanche à un suspense tout relatif en annonçant qu'elle se présentait à un quatrième mandat lors des prochaines élections fédérales, à l'automne 2017. Des informations confirmées par ce nouveau discours.

Mais après les victoires des partisans du Brexit au Royaume-Uni et de Donald Trump à la présidentielle américaine, Angela Merkel apparaît après onze années au pouvoir comme un pôle de stabilité rassurant dans le monde occidental.

Plus que la propre personnalité de cette fille de pasteur de RDA, c'est son parti, la CDU, qui souffre. Aujourd'hui à 19h, lors d'une conférence de presse, Angela Merkel a confirmé l'annonce de ce matin. En août la proportion favorable n'était que de 50%.

"Dans son pays, son pouvoir s'effrite", souligne l'hebdomadaire "Die Zeit".

"L'effet d'aspiration créé par la victoire de Trump atteint Merkel à un moment où ses possibilités de leadership sont limitées: elle ne peut compter sur l'Europe pour aller de l'avant, n'a pas de parti uni derrière elle et n'a pas le soutien franc de la population dont elle jouissait encore il y a un an et demi", juge Die Zeit. Une hésitation qui s'explique notamment par la fronde qu'a menée son allié politique bavarois contre l'accueil des réfugiés: la CSU a longtemps menacé de ne pas la soutenir en 2017, avant finalement de rentrer dans le rang.

La chancelière a estimé ce 20 novembre que le scrutin à venir serait le "plus difficile jamais connu, à tout le moins depuis la réunification allemande " en 1990, en raison de la polarisation de la société et des récents succès de la droite populiste anti-euro et anti-réfugiés du parti AfD (l'Alternative pour l'Allemagne).

Ses atermoiements depuis des mois sur sa candidature sont aussi le résultat de cet affaiblissement.

Angela Merkel se trouve néanmoins dans une situation paradoxale.

Recommande: