La capsule Soyouz s'est amarrée à l'ISS

21 Novembre, 2016, 14:29 | Auteur: Lynn Cook

Thomas Pesquet, l'astronaute français qui s'apprête à partir en mission dans l'espace, a récemment confié qu'il comptait emmener les alliances de ses meilleurs amis à bord de la Station spatiale internationale (ISS), avant de les ramener pour leur mariage, à son retour. "J'ai la position la plus facile dans cette équipe car je serai le plus jeune à bord", sourit Thomas Pesquet, sélectionné en 2009 par l'Agence spatiale européenne (ESA) parmi plus de 8 000 candidats avant de suivre un entraînement de sept ans pour être autorisé à s'envoler dans l'espace. L'astronaute français qui va rejoindre l'ISS est en effet issu de la génération Facebook, un Millénial dont le style tranche radicalement avec le sérieux parfois un peu ronflant de ses prédécesseurs.

L'amarrage de la capsule Soyouz avec le vaisseau orbital est prévu samedi 19 novembre à 22 h.

Le premier à entrer dans l'ISS a été Novitski, suivi de Pesquet et enfin de Whitson.

Après deux heures et quarante-deux minutes passées à s'assurer de la parfaite étanchéité entre la capsule Soyouz et l'ISS, les trois astronautes ont pu ouvrir les portes de la station et rencontrer leurs colocataires pour les six prochains mois, à 1 h 40. La mission, pour les trois astronautes, sera de se mettre à la même altitude que la Station spatiale internationale, qui tourne à 28.000 km/h à 400 km au-dessus du globe terrestre. Des relevés permettront de mesurer l'impact de la vie dans l'espace sur le corps humain, mais aussi des analyses qui aideront à mieux prendre en charge des maladies musculaires sur Terre telles que la myopathie. D'autres expériences seront menées par le Français, notamment sur la purification de l'eau, ou les matières autonettoyantes. Peggy Whitson procèdera quant à elle à des expériences sur l'impact de la lumière sur le cycle de sommeil, tandis qu'Oleg Novitski fera pour le compte de l'agence spatiale russe Roskosmos plus de 50 expériences scientifiques.

Oleg Novitsky, qui pilotera le Soyouz, a lui aussi l'expérience de l'espace. A ses côtés, Peggy Whitson, une des astronautes les plus expérimentées de la Nasa. Venu également à Baïkonour assister au départ de Thomas Pesquet, Thierry Mandon, secrétaire d'État à la recherche et à l'enseignement supérieur, montrait autour de lui, ravi, les photos prises sur son téléphone portable. Si l'homme n'était connu jusque là que par les amateurs d'exploration spatiale, son nom est désormais sur toutes les lèvres. En février, elle deviendra aussi la première femme à avoir commandé l'ISS deux fois. Une fantastique aventure après plus de 7 ans d'entraînement pour cet ingénieur aéronautique et pilote de ligne. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Recommande: