27 civils tués, les hôpitaux hors service — Bombardements sur Alep

21 Novembre, 2016, 13:55 | Auteur: Lynn Cook

Dans un tweet publié vendredi soir, le journaliste pro-opposition Hadi Abdallah (qui vient de recevoir le prix Reporters Sans Frontières 2016), a notamment indiqué que l'hôpital Omar Bin Abdul Aziz dans Alep assiégé avait été détruit par des bombardements du régime, faisant état de plusieurs morts et blessés parmi le personnel hospitalier.

Sûr de sa force, le régime de Bachar al Assad a rejeté dimanche toute solution de compromis à l'occasion d'un visite à Damas de l'émissaire des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura.

M.de Mistura a par ailleurs confirmé le refus de Damas de reconnaître une "administration autonome" rebelle à Alep-Est, une des propositions de l'envoyé de l'ONU pour débloquer l'impasse humanitaire.

" On lui a dit qu'on rejetait complètement cette (idée) ", a déclaré M. Mouallem après la réunion, en se demandant comment " est-il possible que l'ONU vienne récompenser les terroristes? Le régime syrien montre ainsi à quel point il est déterminé à s'emparer de la ville.

Depuis la reprise des bombardements mardi dans l'ex-capitale économique de la Syrie, après une suspension d'un mois, au moins 65 civils ont péri.

Pour le cinquième jour consécutif, des roquettes, des obus et des barils d'explosifs s'abattent dans un bruit terrifiant, en faisant trembler le sol et les immeubles, témoigne le correspondant de l'AFP dans les quartiers est d'Alep.

Selon le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, des jihadistes se trouvent dans cette localité où six membres du Front Fateh al Cham, ancienne section syrienne d'Al-Qaïda, ont été tués mardi par une frappe russe.

Au moins sept enfants ont été tués dimanche par des tirs rebelles sur les quartiers gouvernementaux de la métropole syrienne d'Alep, selon les médias officiels.

Les rues dans les autres quartiers d'Alep-Est étaient désertes, a constaté un correspondant de l'AFP.

Les rares structures encore en mesure de fournir des soins médicaux aux habitants ont été très endommagées par les bombardements, qualifiés de "tragiques" par M. Mistura.

Les équipes médicales de la région ont ainsi été contraintes d'évacuer le dernier hôpital pédiatrique, transportant dans l'urgence les nouveau-nés dans des lieux plus sûrs. Ce samedi, cinq enfants figurent parmi les victimes.

Le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault, a condamné dimanche ces bombardements meurtriers et la "stratégie de guerre totale " de la Russie et du régime syrien, appelant à une action internationale pour "stopper le massacre ".

Outre les bombardements, de violents combats se déroulaient dans les quartiers de Boustane al-Bacha et Cheikh Saïd, à Alep-Est, où les forces du régime tentent d'avancer.

Civils, sauveteurs et bombardés: qui sont les casques blancs syriens?

La Russie, qui intervient en Syrie depuis plus d'un an pour soutenir le régime, ne participe aux bombardements aériens à Alep-Est et concentre à l'heure actuelle ses frappes sur la province voisine d'Idleb (nord-ouest).

Recommande: