Merkel en route pour un nouveau mandat de chancelière

20 Novembre, 2016, 07:40 | Auteur: Lynn Cook
  • Le président américain Barack Obama à la descente de l'avion à Berlin le 16 novembre 2016

Les principaux dirigeants européens et le président américain ont appelé au maintien des sanctions contre la Russie et à la coopération au sein de l'Otan.

Les Européens attendaient de ce déjeuner que Barack Obama leur apporte son soutien alors qu'ils s'apprêtent à prolonger les sanctions visant la Russie en raison de son rôle dans l'est du pays et qu'ils réfléchissent à de nouvelles mesures contre Moscou en raison de son soutien à Damas.

Dans le programme électoral du président américain élu, Donal Trump, il y avait deux propositions qui inquiètent particulièrement l'Europe: revoir le fonctionnement de l'Alliance atlantique basé sur le principe de solidarité entre membres en cas d'agression, et procéder à un rapprochement avec Moscou.

Au sujet du Brexit Mme May a souligné que le processus de sortie de l'UE devait se faire en "douceur", et que son pays allait continuer de travailler "collectivement" avec les autres pays. Il avait notamment salué sa "grande crédibilité", assurant qu'elle était "prête à se battre pour ses valeurs", à l'heure où la chancelière devrait annoncer, dans les prochains jours, qu'elle briguera un quatrième mandat à l'occasion des législatives de septembre 2017.

Le Brexit, suivi de la victoire surprise du milliardaire populiste aux Etats-Unis, ont en effet galvanisé les partis populistes déjà en plein essor en Europe.

L'augmentation des disparités sociales, associée à une meilleure prise de conscience de leur existence même, est "un mélange explosif", a-t-il mis en garde, exhortant à s'assurer que les bénéfices de la mondialisation "soient partagés plus largement et par plus de monde".

Après avoir présenté ses adieux aux responsables européens, Barack Obama a décollé en début d'après-midi pour se rendre au Pérou pour le sommet de l'Organisation de coopération économique Asie-Pacifique (Apec).

Barack Obama, qui effectue sa sixième et dernière visite en Allemagne, a promis de revenir, dégagé des obligations de la fonction présidentielle. "Ce sera plus drôle pour moi".

Recommande: