Une manifestation anti-Trump dégénère — Etats-Unis

12 Novembre, 2016, 08:00 | Auteur: Lynn Cook
  • Une manifestation anti-Trump dégénère — Etats-Unis

"Je n'arrive pas à croire que nous avons élu président ce raciste, xénophobe, misogyne".

Plus au nord, à San Francisco, un millier de jeunes a défilé, marchant du quartier financier vers la mairie en scandant "Ce n'est pas mon président!" et bloquant la circulation.

Des actes de vandalisme ont aussi été rapportés à Oakland, en Californie. Malgré les discours de Barack Obama, d'Hillary Clinton et de Donald Trump appelant à l'apaisement et au rassemblement, de nombreux américains refusent toujours d'accepter le milliardaire controversé comme étant leur 45 président. "J'ai vu tous mes camarades de classe pleurer hier", a-t-elle ajouté.D'autres manifestations ont été signalées dans le nord de la Californie, à Napa et Hayward. "Il y a beaucoup de divisions, beaucoup d'accusations des deux côtés, mais certaines choses qui ont été dites n'étaient pas partisanes, sur les femmes, sur nos frères et soeurs musulmans, sur les immigrants".

"Non à Trump!" Après les rassemblements anti-Trump de mercredi dans au moins dix villes américaines de Boston à Berkeley, où les participants ont scandé "Ce n'est pas mon président!" et "Non à Trump!", de nouvelles manifestations ont eu lieu jeudi à San Francisco mais aussi au Texas et à New York.

Mercredi, des dizaines de milliers de personnes étaient descendues dans les rues après l'annonce de la victoire du républicain. Des manifestants chantaient "This is what democracy looks like" ("Voilà à quoi ressemble la démocratie") sur Michigan Avenue à Chicago, pendant que d'autres scandaient "Solidarité!" Face à eux, des policiers en tenue anti-émeutes qui ont eu recours à ce qui sembait être des lacrymogènes ou du gaz poivre pour les disperser.

Dans plusieurs universités du pays, des enseignants ont annulé leurs cours ou reporté des examens mercredi pour permettre aux étudiants de "surmonter" le résultat de l'élection présidentielle.

Une douzaine de femmes ont également accusé le président élu de les avoir agressées sexuellement.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Recommande: