Entre Clinton et Trump, la bataille des mal-aimés — Elections américaines

09 Novembre, 2016, 09:26 | Auteur: Lynn Cook
  • CwsHKJpW8AElZDD

Peu importe que le milliardaire n'ait apparemment pas payé d'impôts pendant des années. "Mais la colère n'est pas un plan", a-t-elle déclaré à Pittsburgh, en Pennsylvanie.

Après des semaines d'attaques féroces des deux côtés, les deux candidats ont multiplié les appels à aller voter. Tous deux ont passé la journée de lundi à faire campagne dans plusieurs Etats décisifs, les fameux "Swing States", afin de convaincre les électeurs de se rendre aux urnes.

Bonne nouvelle pour Mme Clinton, la participation des Hispaniques, qui n'ont jamais pardonné à M. Trump ses propos sur les Mexicains violeurs, est apparemment en forte hausse dans ces deux Etats où le vote anticipé était possible.

Supprimer l'Obamacare. Donald Trump président prévoit de convoquer immédiatement le Congrès, qui vote les budgets et ratifie les traités, afin de supprimer l'Obamacare, la réforme de l'assurance santé mise en place par Barack Obama.

Quelque 42 millions d'Américains ont déjà voté.

C'est le D-Day aux USA et l'on connaîtra enfin qui de Hillary Clinton ou Donald Trump deviendra le 45e président des Etats-Unis. Rien en comparaison des paillettes de la campagne de Hillary Clinton avec ses stars, de Beyoncé à Bruce Springsteen ou Lady Gaga. Voici les arguments avancés lundi par le New York Times et Slate pour lui donner tort.

La candidate à la présidentielle Hillary Clinton attend dans un ascenseur avant le concert de Katy Perry à Philadelphie, Pennsylvanie, le 5 novembre 2015. 47-41 selon NBC, et 48-43 selon ABC.

Le magnat de l'immobilier populiste, sans expérience politique, grand pourfendeur de l'establishment et d'un système selon lui truqué, a su capitaliser sur le malaise d'une partie de l'électorat blanc, inquiet des changements de la mondialisation.

Mike Pence, le colistier du candidat républicain, a effectué une visite dans le Michigan tous les jours durant ces trois dernières journées de campagne et il a l'intention de le faire encore deux fois ce lundi, selon le planning de campagne de Trump. Il a également dénoncé l'incompétence de son adversaire. Il a promis des solutions simples à tous les problèmes complexes. Il estime que le candidat républicain manque profondément de décence et qu'il agira en priorité pour ses propres intérêts avant la démocratie elle-même.

Les derniers sondages et projections publiés aux Etats-Unis à la veille de l'élection présidentielle américaine restent très serrés, avec toutefois un avantage à Hillary Clinton.

"Les chiffres là-bas se sont resserrés", a confié aux journalistes Robby Mook, directeur de campagne d'Hillary Clinton, samedi dernier. Le respect scrupuleux de cette tradition lui a, jusqu'ici, porté chance. Ancienne Première dame, ancienne sénatrice, ancienne secrétaire d'Etat, elle semblait inévitable.

Car si la probabilité pour Donald Trump d'avoir les 206 grands électeurs des États conquis par Mitt Romney en 2012, est grande, il n'en demeure pas moins que le candidat républicain a encore beaucoup d'efforts à faire pour avoir les 270 grands électeurs nécessaires pour remporter le scrutin. Avec ce système, un président peut être élu sans avoir obtenu la majorité des suffrages exprimés.

Les résultats de cette présidentielle américaine tomberont au compte-goutte au cours de la nuit prochaine, en France. C'est le moment de vérifier l'impact de chacune de ses actions sur l'électorat.

En réalité, quelques États stratégiques pourraient faire basculer le scrutin. "De mon point de vue, les Hispaniques de Floride réagissent de manière viscérale contre Donald Trump", a-t-il dit.

Recommande: