Les forces irakiennes sont entrées dans Mossoul

08 Novembre, 2016, 05:00 | Auteur: Lynn Cook

C'est le premier bâtiment d'importance repris depuis le déclenchement, le 17 octobre, de la contre-offensive sur la grande ville du nord de l'Irak tenue depuis juin 2014 par l'organisation Etat islamique (EI).

"Nous collaborons avec l'armée pour sécuriser la zone et avancer ensemble vers Mossoul", a indiqué à l'AFP Muntadhar Salem, un autre responsable militaire des CTS.

Quelque 600.000 enfants figurent parmi les civils piégés dans Mossoul, a indiqué mardi Save The Children, qui a appelé à ouvrir des couloirs humanitaires pour permettre à la population de fuir ce fief du groupe Etat islamique (EI) que les forces irakiennes se préparent à reconquérir. "On l'a enlevé et on a planté le drapeau irakien à la place", explique Mohammed Ali qui, comme ses camarades, cherche à déloger les derniers jihadistes.

Le Premier ministre s'exprimait alors que les forces d'élite du contre-terrorisme (CTS) avaient bon espoir de pénétrer rapidement dans les limites de Mossoul, deuxième ville d'Irak et dernier bastion des extrémistes de l'EI dans ce pays.

Officiellement, ces forces dominées par des milices chiites soutenues par l'Iran ne participeront à la libération de Mossoul, où la communauté sunnite est largement majoritaire, mais certains de leurs commandants l'entendent autrement.

Preuve de cette volonté de se servir des civils comme moyen de défense, l'ONU a fait savoir lundi que les djihadistes ont tenté de transporter par camions quelque 25.000 civils de la périphérie de Mossoul vers le cœur de la ville.

C'est par l'est que les forces d'élite ont pénétré dans Mossoul (nord), prenant position dans le quartier périphérique de Judaidat Al-Mufti, selon le centre de commandement de l'armée. Elle est menée par les troupes irakiennes et kurdes au sol, qui reçoivent un soutien appuyé de la coalition internationale menée par les forces américaines, notamment via des bombardements aériens et d'artillerie.

À l'est et au nord de la ville, les combattants kurdes ont consolidé leurs positions dans les villages récemment repris à l'EI.

Au sud, les forces du gouvernement fédéral avancent vite mais sont encore loin du sud de Mossoul. "C'est à présent le début de la véritable libération", a déclaré le général Taleb Cheghati al-Kenani, commandant du contre-terrorisme irakien, à la chaîne de télévision Iraqiya.

A ce jour, plus de 17.900 personnes ont fui leur foyer depuis le lancement de la bataille, selon l'Organisation internationale des migrations (OIM).

Cependant, les organisations humanitaires s'activent à élargir la capacité des camps d'accueil d'urgence pour les déplacés. Dans les villages alentours déjà libérés de l'EI, les habitants n'ont pu rejoindre leurs domiciles en raison du travail de détection des bombes et des mines qui reste à effectuer.

Parfois, des habitants de faubourgs de Mossoul surgissent, après avoir fui Daech, sous les tirs et les bombardements de la coalition. "On avait le droit à rien", lâche un berger, qui assure que d'autres habitants ont été pris de force et emmenés dans le centre de la ville.

Recommande: