Nigeria: l'armée libère l'une des lycéennes enlevée par Boko Haram

07 Novembre, 2016, 02:37 | Auteur: Lynn Cook
  • Seule une petite vingtaine des lycéennes enlevées en 2014 ont pu retrouver leur famille

L'armée nigériane a annoncé hier avoir libéré l'une des lycéennes de Chibok, enlevées par le groupe terroriste Boko Haram il y a plus de deux ans, près de la frontière avec le Cameroun.

Pendant ce temps, des groupes de défense des droits de la personne condamnent le fait qu'Amina Ali Nkeki - la jeune fille qui s'est échappée en mai- reste placée sous le contrôle du gouvernement.

La fillette a été trouvée en compagnie d'un bébé âgée de 10 mois, un garçon dont le père est un militant de Boko Haram, a indiqué un porte-parole de l'armée, le colonel Sani Hukasheka Usman, par voie de communiqué. Le porte-parole de l'armée a précisé que la jeune maman et son bébé ont été retrouvés lors d'une opération des soldats nigérians dans la forêt de Sambisa fief de la secte Boko Haram.

L'insurrection islamiste et sa répression féroce par l'armée et les services de sécurité nigérians ont fait au moins 20.000 morts et 2,6 millions de déplacés depuis 2009.

Le gouvernement espère pouvoir obtenir la libération de 83 autres collégiennes de Chibok par le biais de négociations en cours avec le groupe islamiste, maintenant divisé en plusieurs factions. Muhammadu Buhari, le président nigérian élu en mars 2015, avait fait de la libération des jeunes filles l'un de ses thèmes de campagne, même s'il avait vite admis ignorer si leur retour serait possible. Et si l'organisation a perdu du terrain, les djihadistes continuent à mener des offensives. D'autres violents conflits secouent le nord du pays, où des groupes extrémistes rivaux sunnites et chiites se combattent avec les soutiens respectifs de l'Arabie saoudite et de l'Iran.

Recommande: