Primaire à droite - 2e débat: Juppé le plus convaincant (sondage)

05 Novembre, 2016, 05:12 | Auteur: Aubrey Nash

Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI, soutien d'Alain Juppé pour la primaire de la droite, a estimé jeudi que Nicolas Sarkozy était "désormais un candidat dangereux pour l'alternance". Et ont offert une série de "punchlines" aux téléspectateurs de BFM et iTélé. Avant de répondre, en vieil habitué des joutes oratoires.

Sans surprise, la question des alliances s'est invitée ce jeudi soir sur le plateau du second débat télévisé de la primaire.

La réplique de l'intéressé ne s'est pas fait attendre.

Et Nicolas Sarkozy de mettre en garde contre l'influence néfaste que pourrait jouer M. Bayrou dans la future majorité: " Pour être un président de la République efficace, il faut une majorité parlementaire cohérente, fidèle et loyale, qui s'engage sur un même programme.

Sur le djihadisme Nathalie Kosciusko-Morizet, décidément très en forme, pointue, battante, affirme avoir "lu avec dégoût les relations entre certains politiques français avec certains pays comme le Qatar", NKM évoquant le scandale des cadeaux du Qatar, occasion d'élargir à "la danse du ventre devant le roi d'Arabie saoudite ". "Ce n'était pas l'accord du Touquet, mais l'accord de Canterbury". La droite est partie, et l'uppercut suit de près: "Je t'ai vu de près et maintenant je suis candidate contre toi".

Distancé dans les sondages Jean-Fançois Copé n'a plus rien à perdre. Le redressement de la France? "Une France décomplexée, c'est une France qui monte à Cheval, comme Zorro".

"Il n'y a pas d'un côté ceux qui savent, de l'autre côté ceux qui sont là pour prendre des cours", a réagi Jean-François Copé, particulièrement mordant. Dernière victime en date, Bruno Le Maire. Deuxième débat: qui a gagné, qui a perdu? Potentiellement concernée, NKM a rappelé que les femmes représentent "la moitié de l'humanité, pas la diversité". Sans se démonter, NKM a enchaîné: "Et est-ce que le Grenelle de l'Environnement, tu l'aurais dénigré de cette manière?" Diplômée de polytechnique, elle a réalisé son service dans la marine nationale, sur un bateau basé à Djibouti. Ces éclaircissements vident de leur substance les attaques répétées du camp sarkozyste et empêchent une dégradation des rapports entre les différents candidats, ce qui aurait affaibli la droite au moment du scrutin. "Je ne me présente pas contre Nicolas Sarkozy, mais contre le FN et le président sortant qui a affaibli la fonction". L'ancien chef de l'Etat a remis le couvert, un peu plus tard.

Face à ses rivaux et ses supporters, le maire de Meaux a déclaré "qu'il faut un gouvernement de choc avec des ministres de gauche".

Sur la sécurité intérieure, notamment dans les quartiers sensibles, l'ancien président français note deux problèmes majeurs: les mineurs délinquants et les délinquants multirécidivistes. Mais, avec cette fois 31%, Sarkozy a été le plus convaincant auprès des électeurs de droite, devant Juppé à 28% et Fillon à 21%. "On a eu le burkini, les Gaulois, on nous fait le coup de l'invasion centriste", a-t-elle déploré.

François Fillon n'a pas caché sa déception à l'issue du débat. Les plus anciens se souviendront sûrement des deux candidats lors de l'élection présidentielle de 1995.

Recommande: