Une nouvelle compagnie low cost long courrier en route — Air France

04 Novembre, 2016, 01:09 | Auteur: Sandy Vega

Enfin, le lobbying en Europe et en France pour une concurrence plus équitable avec les compagnies du Golfe et low-cost et, au niveau français, pour réduire l'écart de compétitivité structurel dû aux taxes et redevances plus élevées sera poursuivi.

"Air France-KLM semble prêt à rejoindre le club des compagnies qui réduisent leurs coûts unitaires par la croissance, juste au moment où les coûts de carburants semblent augmenter", explique RBC Capital dans une note.

"Avec Trust Together, Air France-KLM reprend l'offensive".

Le syndicat de pilotes majoritaire à Air France, le SNPL, s'est "réjoui " d'avoir trouvé en Jean-Marc Janaillac, le PDG d'Air France-KLM à l'origine du projet, "quelqu'un avec une stratégie ", qui repose sur "des idées plutôt ambitieuses ". La nouvelle compagnie, qui disposera de 10 avions long-courriers d'ici 2020, exploitera environ 30% de lignes nouvellement créées avec des pilotes d'Air France sur la base du volontariat, permettant en outre de rouvrir des lignes fermées car non rentables et en conservant des lignes menacées.

Le PDG du groupe entend aussi simplifier l'organisation et les modes de fonctionnement, grâce à des engagements auprès de ses salariés, "en termes de reconnaissance, de développement professionnel, de capacité d'initiative, d'innovation et de cohésion interne, entre tous les métiers, assortie de plans d'actions concrets". Selon Jean-Marc Janaillac, arrivé à la tête du groupe Air France-KLM début juillet et aussi nommé président d'Air France mercredi: " KLM a 10 à 15 % de ses lignes long-courrier qui ne sont pas bénéficiaires, Air France beaucoup plus avec 35 % dont 10 % de lignes très lourdement déficitaires ".

L'activité du troisième trimestre a été affectée par un marché en surcapacité qui a pesé sur les prix, un fort niveau d'incertitudes lié aux attaques terroristes, et le chiffre 130 millions d'euros avancé par les analystes pour les deux grèves de cet été au sein de la compagnie française, n'a pas été démenti, a indiqué jeudi le directeur financier du groupe sur le départ Pierre-François Riolacci, lors d'une conférence téléphonique.

Une annonce qui peine pourtant à convaincre. L'Union des navigants de l'aviation civile (Unac) s'inquiète dans un communiqué que les personnels de cabine soient "les grands perdants de ce projet". Qui n'hésite pas à parler de " mort annoncée " de la compagnie historique Air France.

Il faut dire qu'Air France ne compte pas encore abandonner sa politique de réduction des coûts.

Le groupe veut optimiser le financement de ses avions, ramenant de 40% à 20% la flotte d'appareils en leasing (un procédé coûteux), afin de privilégier l'achat d'avions en fonds propres.

"C'est la double peine " pour les PNC, s'étrangle Christophe Pillet du SNPNC-FO, puisque le projet prévoit de recruter "à moindre coût " et "à l'extérieur " du groupe, et exige "des efforts de nouveau pour les personnels en place ". Reste pour "Trust Together " à convaincre de sa pertinence.

Recommande: