Google conteste des accusations de l'UE — Comparateur de prix

04 Novembre, 2016, 00:49 | Auteur: Aubrey Nash
  • Google est soupçonné de favoriser son comparateur de prix dans les pages de résultats de son moteur de recherche

Le délai accordé à Google par la Commission européenne pour répondre aux accusations de pratiques anticoncurrentielles sur les offres commerciales de son moteur de recherche arrive à terme.

Google juge erronés les griefs de l'UE sur son service de comparaison de prix Bruxelles - Google a jugé jeudi erronés les griefs de l'UE, qui le soupçonne d'abuser de sa position dominante pour systématiquement favoriser son service de comparaison de prix Google Shopping dans ses pages de résultats. Google se défend sur le sujet depuis quelques mois.

Google a formellement rejeté jeudi les accusations de l'Union européenne selon lesquelles il avantage ses propres services de commerce électronique et handicape ses concurrents dans la recherche en ligne sponsorisée, ouvrant la voie à une décision de Bruxelles l'an prochain, qui pourrait s'accompagner d'une très lourde amende. Comme beaucoup s'y attendaient, le groupe réfute en bloc les charges de Margreth Vestager, commissaire européenne chargée de la concurrence. " Nous pensons que ces affirmations sont erronées du point de vue des faits, du droit et de l'économie " écrit le géant du Web.

L'entreprise met également en avant le fait que d'autres acteurs proposent des outils de comparaison des prix et des fonctionnalités des produits, et que de nombreux portails de comparaison de prix ont vu le jour ces dernières années, avec inévitablement des succès et des échecs. Qui s'affirme aussi prêt "à travailler avec la Commission dans l'espoir de résoudre les questions soulevées et désireux de poursuivre nos discussions".

Selon Bruxelles, le comportement de Google, dont les parts de marché dépassent 90% dans la fourniture de services de recherche générale sur internet, a affaibli, voire marginalisé, la concurrence exercée par ses concurrents les plus proches.

La porte d'entrée vers le web, c'est plutôt Amazon!

Le groupe américain rappelle la multiplicité d'accès possible aux portails des marchands et le fait que les consommateurs passent plus souvent par des applications dédiées que par les moteurs de recherche pour trouver des produits et que l'accusation de position dominante n'est donc pas tenable, en citant l'exemple du marché allemand où un tiers des consommateurs débutent leur recherche directement via Amazon, tandis qu'ils ne sont que 14,3% à passer par Google. Aux Etats-Unis, la proportion serait même de 55%. Et Google est donc toujours accusé d'étouffer les six sites de comparaison de prix qui ont porté plainte contre lui.

Recommande: