Des vaches en gestation tuées dans un abattoir

04 Novembre, 2016, 01:05 | Auteur: Aubrey Nash
  • L'employé de l'abattoir de Limoges Mauricio Garcia-Pereira le 3 novembre 2016 à Limoges- L'employé de l'abattoir de Limoges Mauricio Garcia-Pereira le 3 novembre 2016 à Limoges- AFP Pascal LACHENAUD

Sur la foi de vidéos réalisées par un autre employé de l'abattoir, qui a pour sa part souhaité rester anonyme, L214 a également porté plainte contre l'abattoir de Limoges lui-même pour des "infractions répétées à la réglementation dans l'abattage et mauvais traitements sur animaux", notamment pour des étourdissements ratés de vaches et de cochons et pour une utilisation systématique et inappropriée des aiguillons électriques destinés à faire avancer les animaux.

On y voit des salariés trancher des utérus au couteau et en sortir, alors que le liquide amniotique se répand, des fœtus à des stades plus ou moins avancés.

L'employé de l'abattoir de Limoges Mauricio Garcia-Pereira le 3 novembre 2016 à Limoges- AFP Pascal LACHENAUD
Des vaches en gestation tuées dans un abattoir

L'abattage des vaches gestantes est une pratique remise en cause par plusieurs pays européens. Des images particulièrement difficiles filmées dans l'abattoir de Limoges montrent des vaches gestantes brutalement abattues et des foetus de veaux prêts à naître jetés à la poubelle. Ce sont en réalité les utérus de vaches gestantes contenant des bébés veaux. Sortis brutalement du cocon de leur mère, les petits sont ensuite froidement jetés dans la benne à viscères et finissent par mourir d'asphyxie. Parfois, il bouge, comme s'il était vivant.

Les images ont été tournées par Mauricio Garcia-Pereira, un ouvrier espagnol de 47 ans, indigné par les pratiques de l'abattoir, où il travaille depuis 7 ans, qui a donc choisi de parler à visage découvert dans Le Monde. On fait ça tous les jours, au moins cinquante de fois par semaine. Eurodéputé PS du Limousin, Jean-Paul Denanot a de son côté annoncé avoir saisi la Commission européenne sur cette "pratique légale mais difficilement recevable au plan de l'éthique et du bien-être animal". "Je l'espère même. Mais je veux que le peuple français soit au courant". Comment on peut les tuer, nom de Dieu? "Des vaches pleines et des veaux qui sont en train de sortir", dénonce-t-il. Seul le code sanitaire de l'Organisation mondiale de la santé animale recommande que "les femelles gravides qui parviendraient au dernier 10 % de la période de gestation ne doivent être ni transportées ni abattues" sans obligation.

Recommande: