La Fed maintient ses taux d'intérêt inchangés — Politique monétaire

03 Novembre, 2016, 02:12 | Auteur: Aubrey Nash
  • Janet Yellen présidente du conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale américaine

Dans son communiqué, le Comité ne donne guère d'indice sur une hausse possible des taux en décembre mais se montre nettement plus confiant sur une remontée de l'inflation.

La banque centrale américaine (Fed) a laissé mercredi les taux d'intérêt inchangés à moins d'une semaine de l'élection présidentielle, comme s'y attendaient les marchés.

"Le Comité de politique monétaire (FOMC) a commencé sa réunion à 10h locales (15h en Suisse) comme prévu", a indiqué une porte-parole de la Réserve fédérale.

"Cette réunion de la Fed sera sans événement ", prévoient les analystes de Barclays Research.

La majorité des participants au Comité avaient clairement dit en septembre qu'ils envisageaient un relèvement des taux avant la fin de l'année. L'économie a récemment donné des signes d'amélioration mais l'activité est loin de la surchauffe et il n'y a pas urgence à opérer à un tour de vis monétaire dès mercredi. La croissance au troisième trimestre s'est établit à son plus fort niveau en deux ans à 2,9% en rythme annuel.

L'emploi a légèrement ralenti aux États-Unis en octobre, mais l'inflation à 1,2% sur un an, se rapproche de l'objectif fixé à 2% par la Fed.

L'autre mesure d'inflation, l'indice des prix à la consommation (CPI) généralement supérieur à l'indice PCE, se situe à 1,5% sur douze mois pour septembre.

Vendredi, le gouvernement doit publier les chiffres officiels du marché du travail pour octobre.

Alors que le candidat républicain Donald Trump a accusé la banque centrale de jouer le jeu des démocrates en maintenant des taux bas, la Fed s'est défendue d'être partisane. "Ce serait la parfaite occasion pour se débarrasser de deux mythes: le premier étant que la Fed ne peut pas augmenter les taux si près des élections, le deuxième étant qu'elle ne peut pas le faire sans conférence de presse", suggère Tim Duy avant d'ajouter: "je ne pense pas qu'elle le fera". De plus, même si elle se défend d'être influencée par la politique, la Fed prend tout de même en compte le facteur d'incertitude lié à cette campagne électorale particulièrement imprévisible et serrée.

Les taux directeurs américains évoluent actuellement entre 0,25% et 0,50% après avoir été relevés une seule fois, en décembre 2015, depuis la crise financière de 2008. Mais Eric Rosengren (Boston), qui était favorable à une hausse des taux lors de la dernière réunion de septembre, s'est rangé dans le camp de la majorité cette fois-ci.

Recommande: