Afrique du Sud: Zuma fragilisé par un rapport sur la corruption

03 Novembre, 2016, 01:21 | Auteur: Lynn Cook
  • Afrique du Sud: Zuma fragilisé par un rapport sur la corruption

On voit bien que pour la fondation Mandela, qui est une autorité morale incontestée dans le pays, Jacob Zuma est allé trop loin.

La Fondation Nelson Mandela, dont le conseil est composé de 10 éminents universitaires, politiciens et journalistes sud-africains issus du Congres national africain ANC, est montée au créneau à la suite du recours du président visant à empêcher la publication d'un rapport sur la corruption au sommet de l'État! Mais la persistance d'un chômage de masse et le mécontentement public provoqué par ces scandales à répétition placent cette fois le chef de l'Etat dans une position plus délicate.

Le 14 octobre dernier, la médiatrice de la République sud-africaine Thuli Madonsela devait dévoiler un rapport potentiellement explosif sur une famille d'hommes d'affaires, les Gupta. D'autres ministres, soupçonnés proches des Gupta, sont aussi épinglés, notamment l'actuel titulaire du portefeuille des Mines, Mosebenzi Zwane. Mais coup de théâtre, ce mercredi, le président a finalement décidé de faire volte-face.

Plusieurs milliers de personnes - membres de partis d'opposition, militants des droits civiques, syndicalistes et des entrepreneurs - ont pris part mercredi dans la capitale politique de l'Afrique du Sud, Pretoria, à une manifestation contre Jacob Zuma.

Afrique du Sud: Zuma fragilisé par un rapport sur la corruption
Afrique du Sud: Zuma fragilisé par un rapport sur la corruption

Le chef de l'Etat a déposé un recours d'urgence devant la justice pour interdire la publication du document, recours qui a de fait suspendu la sortie du rapport et que contestent plusieurs partis d'opposition.

La famille Gupta et M. Zuma sont sous le feu des critiques depuis que le vice-ministre des Finances Mcebisi Jonas et l'ex-député Vytjie Mentor ont annoncé plus tôt cette année s'être vu proposer des postes au sein du gouvernement par les Gupta.

Tout aussi grave est l'opposition frontale qu'il subit depuis le début de son mandat de la part des dissidents de l'ANC qui se sont regroupés dans une sorte de Front du refus sous la houlette de Julius Malema (le chef des Economic Freedom Fighters) qui prétend incarner la poursuite de la lutte anti-apartheid et qui est devenu la troisième force politique du pays sur des accents très alarmants de revanche contre la minorité blanche.

L'un des principaux syndicats de la fonction publique, Nehawu, allié historique de l'ANC, a lui appelé M. Zuma "à prendre la décision courageuse et honorable" de démissionner "dans l'intérêt du parti". En juin, il a ainsi été contraint par la justice à rembourser 500.000 dollars d'argent public utilisés pour rénover sa résidence privée.

Recommande: