Le cancer tuera 5,5 millions de femmes par année à l'horizon 2030

02 Novembre, 2016, 03:19 | Auteur: Jonathan Ford

Quelques mètres en contrebas de la scène, Lalla Salma du Maroc a dû apprécier à sa juste valeur cette intervention, elle qui vient de se voir décerner par le prince Charles-Philippe d'Orléans un Tribute Award en reconnaissance de son travail en faveur de la lutte contre le cancer. Une hausse due à l'augmentation et au vieillissement de la population. Elles montrent que des efforts importants doivent être réalisés en matière d'éducation et de prévention, deux facteurs essentiels pour endiguer le fléau grandissant qu'est le cancer, responsable de la mort de 3,5 millions de femmes en 2012 (sur plus de 8 millions de morts au total). Le cancer du sein, le plus fréquent, est la principale cause de décès par cancer chez les femmes dans le monde (521 900 décès en 2012) devant le cancer du poumon (491 200 décès).

Neuf décès par cancer du col de l'utérus sur dix surviennent dans les pays en développement, selon le rapport de l'ACS. Plus de 80 % de ces cancers sont attribuables au tabagisme aux Etats-Unis et en France, et 40 % en Afrique sub-saharienne. Mais la pollution intérieure (cuisine et chauffage au charbon ou au bois) est un autre facteur de risque, notamment dans les pays en développement.

"La vaccination systématique contre les papillomavirus (VPH) des filles dans les pays les plus pauvres au cours des quatre prochaines années pourrait prévenir 600 000 futurs décès par cancer du col de l'utérus", renchérissent les auteurs d'une série de trois articles dans The Lancet. Si dans certains pays développés le nombre de nouveaux cas a tendance à se stabiliser et qu'on guérit 6 cancers sur 10 en moyenne, la situation empire en Afrique, en Asie et en Amérique latine, zones où se concentrent 60 % des nouveaux cas de cancers et 70 % des décès dus aux cancers dans le monde.

Octobre rose touchait à sa fin, mais le crépuscule du mois dédié à la prévention et au dépistage du cancer du sein a été flamboyant grâce à la participation de trois figures de proue littéralement royales de la lutte contre le cancer: la reine Letizia d'Espagne, présidente d'honneur particulièrement investie de l'Association espagnole de lutte contre le cancer (AECC), la princesse Lalla Salma du Maroc, présidente de la Fondation Lalla Salma-prévention et traitement des cancers, et la princesse Dina Mired de Jordanie, directrice générale de la King Hussein Cancer Foundation et directrice du Comité jordanien du cancer du sein, étaient réunies lundi 31 octobre lors de la cérémonie d'ouverture du Congrès mondial contre le cancer qu'accueille Paris (31 octobre - 3 novembre).

Le rapport de l'ACS pointe aussi les "pénuries" en matériel de radiothérapie en Afrique et en Asie du Sud-Est.

Recommande: