Près de 900 djihadistes tués — Mossoul

29 Octobre, 2016, 01:19 | Auteur: Lynn Cook
  • Un membre des forces irakiennes en patrouille à Hamdaniya près de Mossoul le 28 octobre 2016

La porte-parole du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies Ravina Shamdasani a précisé, lors d'une conférence de presse ce vendredi 28, que 190 des 232 personnes assassinées étaient d'anciens membres des services de sécurité, notamment de la police et les 40 autres des civils qui refusaient d'obéir aux ordres des djihadistes.

Le major général Najim al-Jabori a annoncé jeudi que l'armée irakienne a capturé mercredi la ville de Staff al-Tut, dans la vallée du fleuve Tigre. Selon sa porte-parole, les dernières allégations "ont été corroborées dans la mesure du possible", et le nombre total de victimes pourrait être supérieur. L'ONU a également expliqué que l'EI retient 8.000 familles en otage dans les villages autour de la ville.

Ces informations interviennent au lendemain de l'attribution du prestigieux prix Sakharov par le Parlement européen à deux victimes de la brutalité de l'EI.

Les organisations humanitaires s'emploient à installer des camps et faire venir des équipements dans les secteurs situés à la limite des zones de combat à Mossoul, une large zone où les forces irakiennes essaient d'acculer les terroristes en avançant par le nord, l'est et le sud.

Bataille de Mossoul
Thomas SAINT-CRICQ Sabrina BLANCHARD

" Aussitôt Mossoul libérée, nous allons nous réunir avec nos partenaires à Bagdad et discuter de notre indépendance", a affirmé Nechirvban Barzani au quotidien allemand Bild. "[.] À un moment, il y aura un référendum sur l'indépendance du Kurdistan et nous laisserons les gens décider", a-t-il ajouté, selon la traduction allemande.

Les forces de sécurité irakiennes et combattants kurdes avancent en direction de Mossoul depuis plusieurs axes, et leur progression a été jusque-là relativement rapide vers la deuxième ville d'Irak.

La perspective de devoir livrer une véritable guérilla urbaine à environ 3000 à 5000 jihadistes, selon une estimation américaine, retranchés dans une agglomération de 1,5 million d'habitants d'après l'ONU, fait craindre un déplacement de population à grande échelle.

Recommande: