Des agents délogent les migrants devant le centre de transit — Calais

29 Octobre, 2016, 02:49 | Auteur: Lynn Cook
  • Des migrants sont enregistrés avant de monter dans le cars lors de l'évacuation de la

Environ 4.500 personnes ont été transférées vers des Centres d'accueil et d'orientation (CAO) en régions.

Une cinquantaine de jeunes migrants mineurs et restés à Calais près de la "Jungle" ont quitté les lieux par car vendredi peu avant 14H00, a constaté un journaliste de l'AFP.

Ils erraient depuis mercredi soir, après l'évacuation de la "Jungle" ravagée par des incendies.

Un autre bus est parti pour la région de Toulouse une demi-heure plus tard, puis un dernier vers les Côtes-d'Armor. Les autres, entre 20 et 30, ne se sont pas présentés pour le départ.

Abdel Bassi, Soudanais de 17 ans, est l'un des derniers à se laisser convaincre de partir. Faute d'avoir été enregistrés au cours des trois jours de l'opération, ils n'ont pas été admis au centre d'accueil provisoire (CAP) proposant 1500 places pour les enfants, à proximité de la "Jungle".

Ces jeunes ont passé la nuit de mercredi à jeudi à la belle étoile, puis la suivante dans l'ancienne zone Sud de la "Jungle", notamment dans une église et une mosquée restées debout. Des voitures immatriculées en Belgique, aux Pays-Bas, auraient été vues en train déposer des mineurs désireux de rejoindre la Grande-Bretagne.

Depuis la mi-octobre et durant le démantèlement de la "Jungle" de Calais, 1451 mineurs ont ainsi été "mis à l'abri" en France, tandis que le Royaume-Uni a ouvert ses portes à 274 mineurs isolés, ont fait valoir les ministres français.

Le gouvernement britannique a pressé Paris de "protéger comme il se doit" les mineurs bloqués dans la zone, provoquant la "surprise" des Français qui ont rappelé que ces personnes "poursuivaient un projet d'installation au Royaume-Uni" et ont pressé Londres de "prendre ses responsabilités".

Des agents de l'Intérieur britannique toujours présents au CAP poursuivent l'examen de la situation de ces mineurs pour voir s'ils peuvent bénéficier des accords franco-britanniques sur le regroupement familial. Mais une centaine d'adolescents et de jeunes hommes dormaient encore vendredi dans des abris de fortune aux abords du bidonville du nord de la France.

Vendredi matin, les travaux de déblaiement à grande échelle des tentes et abris suivaient leur cours. Ils doivent continuer tout le week-end pour s'achever lundi soir.

Selon la Cimade, 90 placements en rétention administrative ont été opérés depuis lundi.

En visite au CAO de Gelos (Pyrénées-Atlantiques), le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve a déclaré: "Ceux qui sont dans les CAO ont vocation à être accompagnés vers l'asile dès lors qu'ils relèvent de ce dispositif" et ajouté que "ce gouvernement ne renverra pas en Syrie ni en Irak les chrétiens d'Orient, ni les Yézidis, ni les victimes de Daech". Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Recommande: