Changement de cap pour Nicolas Sarkozy, quitte à devenir inaudible — Front républicain

28 Octobre, 2016, 09:12 | Auteur: Lynn Cook

"Je pense qu'entre nous et le Front national, il y a une barrière infranchissable". ", François Hollande a lui-même dit qu'il voterait pour Nicolas Sarkozy en cas de second tour contre la présidente du FN". Certes, ce scénario n'a que très peu de chances d'arriver mais cette déclaration marque un véritable changement de stratégie après des années de " ni-ni", comprendre ni vote FN, ni vote socialiste. "Pas de gaieté de cœur", répond Nicolas Sarkozy, les lèvres pincées. Mais Nicolas Sarkozy n'a pas dit qu'il abandonnait le "ni ni" pour les autres élections.

"Nous ne voterons ni pour le Front national ni pour ceux qui font monter le Front national", expliquait-il, promettant de "mettre dehors" ceux qui ne respectaient les consignes. Un tournant pour celui qui a défendu le "ni PS, ni FN" lors des précédents scrutins locaux, au grand dam d'une partie de sa famille politique.

L'ancien président a aussi évoqué la prochaine élection présidentielle.

Comme il l'avait promis mercredi sur le plateau de Quotidien, Jean-Jacques Bourdin, qui ne s'était pas retrouvé face à Nicolas Sarkozy depuis cette émission, a démarré l'interview en lui demandant s'il arrêterait la politique en cas de défaite à la primaire à droite. Parce qu'elle révèle toute la difficulté de cette primaire à droite pour Nicolas Sarkozy. L'ancien chef de l'Etat, qui a lui-même accusé Alain Juppé de faire des "compromis avec la gauche" pour gagner la primaire, a en revanche estimé que des électeurs FN pourraient venir voter.

Twitto flingueur et directeur de campagne d'Alain Juppé, Gilles Boyer s'est réjoui en moins de 140 caractères: "La fin du ni-ni, enfin", avant de saluer "un revirement salutaire". "Il arrive qu'on défende ses convictions quitte à perdre son poste. Il doit se reconnaître dans son bilan, aussi dramatique que le sien!", a ironisé pour sa part le vice-président du FN Florian Philippot. "Mais le plus important, c'est d'être ralliée ensuite", a réagi l'intéressée jeudi sur Twitter.

Recommande: