Mossoul : début de l'offensive contre Daech

18 Octobre, 2016, 01:09 | Auteur: Lynn Cook
  • Un policier irakien prépare armes et munitions sur la base militaire de Qayyarah à 60 kilometres de Mosoul le 16 octobre 2016

Très tôt dans la matinée, des colonnes de véhicules blindés de l'armée irakienne transportant des soldats, qui étaient basés à quelques dizaines de kilomètres de Mossoul, sont parties vers les lignes de front de la seconde ville irakienne.

L'opération pour reprendre au groupe jihadiste Etat islamique (EI) la ville de Mossoul a été lancée, a annoncé le Premier ministre irakien, et l'ONU a exprimé son inquiétude pour la sécurité des 1,5 million d'habitants du principal bastion de l'EI en Irak.

Quelque 30.000 forces fédérales irakiennes - armée, police, contre-terrorisme - sont impliquées. C'est dans cette cité que le leader de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi, avait proclamé en juin 2014 un califat. Le secrétaire d'Etat à la Défense Ashton Carter a déclaré: " C'est un moment décisif dans notre campagne pour infliger à l'État islamique une défaite durable.

L'opération militaire devrait dans un premier temps consister à traverser les lignes jihadistes pour gagner les abords de la ville avant un encerclement puis de violents combats de rues.

Bagdad et plusieurs localités irakiennes ont été secouées ces derniers jours par des attentats à la bombe, certains revendiqués par l'EI, qui ont fait près de 60 morts.

Le Premier ministre a précisé que seules l'armée et la police irakiennes entreraient dans Mossoul, alors que de nombreuses autres forces participent à l'offensive préparée depuis des semaines pour reprendre la deuxième ville d'Irak, dont des combattants peshmergas kurdes et des milices sunnites et chiites.

Les sunnites, minoritaires dans un Irak majoritairement chiite, craignent l'entrée dans la ville des puissantes milices paramilitaires chiites du Hachd al-Chaabi, soutenues par l'Iran, et accusées d'exactions contre les civils sunnites dans le passé. La coalition internationale conduite par les États-Unis, frappe depuis 2014 Daech en Irak et en Syrie, où le groupe djihadiste sévit également. Bagdad reste en revanche opposé à une participation des troupes turques présentes dans le Kurdistan.

Selon le porte-parole, les Irakiens doivent déverser au cours des prochaines 48 heures sept millions de tracts sur Mossoul donnant des conseils aux habitants sur l'attitude à adopter pour se protéger des combats.

Selon lui, "les familles sont exposées à un risque extrême d'être prises entre deux feux ou prises pour cibles par des snipers".

Recommande: