Yémen : l'otage franco-tunisienne Nourane Houas libérée

04 Octobre, 2016, 01:07 | Auteur: Lynn Cook
  • L'enlèvement de Nourane Houas serait

Le ministère des Affaires étrangères omanais a indiqué avoir réussi "à la demande des autorités françaises, sur instruction du sultan Qabous et en coordination avec certaines parties yéménites, à retrouver l'otage et à la transférer lundi soir au sultanat en attendant son rapatriement".

"Elle est libre et à Mascate", a-t-on confirmé au Quai d'Orsay sans plus de précisions.

Le porte-parole du ministère omanais, cité par l'agence officielle ONA, n'a pas identifié les parties yéménites qui ont collaboré à la libération de l'ex-otage.

Détenue au Yémen depuis le 1er décembre, Nourane Houas, l'otage franco-tunisienne qui travaillait pour la Croix-Rouge, a été libérée ce lundi soir. Sa libération a été annoncée par le sultanat d'Oman en affirmant avoir contribué au dénouement de ce rapt.

"Nous sommes reconnaissants aux gouvernements français et tunisien de leur soutien et de leur coopération durant cette période", déclare Alexandre Faite, chef de la délégation du CICR au Yémen cité par le communiqué.

La jeune femme était déjà apparue il y a quelques mois dans une vidéo où elle s'adressait au président français François Hollande, au président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi et aux responsables du CICR.

Le communiqué annonce que la concernée est en route vers Mascate, la capitale du sultanat, pour être transférée par la suite vers la France.

Le Yémen est en proie à une guerre civile qui oppose les Houthis soutenus par l'Iran chiite qui occupent la capitale, Sanaa, depuis septembre 2014, aux partisans du président Abd-Rabbou Mansour Hadi soutenus par une coalition d'Etats arabes sunnites menée par l'Arabie saoudite. Il avait notamment contribué à la libération en août 2015 de la Française Isabelle Prime, après six mois de détention au Yémen. Véritable industrie dans ce pays à forte tradition tribale, l'enlèvement d'étrangers servaient aux tribus pour demander des avantages au gouvernement.

Recommande: