Charlotte : Une vidéo des derniers instants de Keith Scott diffusée

25 Septembre, 2016, 02:00 | Auteur: Sue Barrett
  • Etats-Unis tensions dans une ville où la police a tué un Noir

"Lâche ton arme! Lâche ton arme!", ordonne la voix d'un policier, sans que l'on puisse voir où Keith Scott se trouve exactement. "Il n'est pas armé, il a un problème cérébral et vient de prendre ses médicaments, ne tirez pas". Mais on peut entendre, dans cette séquence d'un peu plus de deux minutes, Rakeyia Scott, la femme de la victime, dire que son mari n'est pas armé.

Ces images, diffusées sur le site et publiées en une du grand quotidien new-yorkais, ne montrent pas les tirs, précise le journal, mais les instants qui précèdent et qui succèdent la mort de Keith Scott, un homme noir de 43 ans. Sa famille, elle, affirme de son côté qu'il avait un livre à la main.

La femme crie ensuite à son mari la chose suivante: "Keith, ne les laisse pas casser la vitre, sors de la voiture!".

Des militants des droits civiques ont demandé la publication d'une vidéo montrant la mort de Keith Scott, une requête approuvée par le chef de la police de Charlotte-Mecklenberg, Kerr Putney, qui a expliqué que cette mise à disposition du public ne pourrait pas se faire dans l'immédiat et exigeait l'accord des enquêteurs.

Plusieurs détonations retentissent alors et l'épouse se met à pousser des cris alarmés: "Vous lui avez tiré dessus?" Keith, ne fais pas ça! Rakeyia Scott continue à filmer, son mari étant étendu à plat ventre sur la chaussée, entouré par quatre policiers.

Hillary Clinton a aussi réclamé sur son compte Twitter que la vidéo de la police soit rendue publique " sans délai ".

Les manifestations à Charlotte ont conduit le gouverneur a décréter l'état d'urgence et à appeler en renfort les militaires de la Garde nationale.

Enfin, la situation à Charlotte devient désormais un enjeu de la campagne pour l'élection présidentielle qui se tiendra le 8 novembre, en relançant le débat national sur les abus des forces de l'ordre à l'encontre des Noirs américains. Keith Scott a perdu la vie quatre jours seulement après qu'un Noir non armé eut été abattu par une policière blanche à Tulsa, dans l'Oklahoma (sud), sous l'oeil des caméras de police. Elle a été libérée vendredi contre une caution de 50.000 dollars.

Le président Barack Obama, premier président noir de l'histoire des États-Unis, s'est lui aussi brièvement exprimé le 23 septembre, à quelques heures d'inaugurer, samedi 24 à Washington, un musée dédié à l'histoire afro-américaine: " Les gens qui voient ce qui se passe à Charlotte et qui visiteront ce musée comprendront mieux les revendications des Noirs, ce qui leur permettra de prendre su recul", a-t-il déclaré.

Recommande: