Comment la France a mangé son chapeau en Inde — Rafale

24 Septembre, 2016, 13:35 | Auteur: Aubrey Nash
  • Comment la France a mangé son chapeau en Inde — Rafale

Il aura fallu plus de quatre ans à la France pour convaincre l'Inde d'acheter ses Rafales.

Sous les applaudissements. Le ministre de la Défense français Jean-Yves Le Drian et son homologue indien Manohar Parrikar ont paraphé à New Delhi l'accord intergouvernemental négocié pendant près d'un an et demi. Ce contrat, le plus cher jamais décroché par l'industrie aéronautique militaire française, permet à l'armée indienne de renouveler sa flotte dépassée. Les deux officiels ont échangé une longue et chaleureuse poignée de mains.

Si le montant exact du contrat n'a pas été publiquement dévoilé, la délégation française l'a chiffré à près de huit milliards.

L'Inde "n'est pas sur les mêmes dimensions que l'Egypte ou le Qatar", analyste-t-il, soulignant qu'"au-delà de la vente de ces 36 (Rafale), il y a la perspective d'un contrat encore plus dimensionnant qui ferait vivre Dassault pendant beaucoup plus d'années".

La France et l'Inde ont signé en janvier, à l'occasion d'une visite du président français, un protocole d'accord pour l'achat de ces 36 avions, sans toutefois déterminer les détails financiers de la transaction. Les ministres de la Défense des deux pays se sont impliqués personnellement dans le dossier pour faire progresser les négociations.

Le continent asiatique est de loin le principal importateur d'armement lourd, avec environ 45% des commandes enregistrées depuis 2010, loin devant le Moyen-Orient (environ 17%).

La commande indienne, qui vise a répondre aux besoins urgents de modernisation de l'Armée de l'air, devait initialement porter sur 126 avions mais elle a été ramenée à 36 exemplaires seulement. Mais la commande n'avait jamais vu le jour, les Français refusant d'assumer la responsabilité technique (ce que réclamait New Delhi) pour tous les appareils construits en Inde.

Recommande: