La Russie aux urnes pour des législatives test pour Vladimir Poutine

19 Septembre, 2016, 00:13 | Auteur: Lynn Cook
  • La Russie aux urnes pour des législatives test pour Vladimir Poutine

"On peut dire clairement que notre parti a gagné", a déclaré le Premier ministre Dmitri Medvedev, tête de liste de Russie Unie, à la télévision. Le parti de la Russie Unie [celui du président Vladimir Poutine], avait obtenu 49,23% des voix, contre 19,19% pour le parti communiste, 13,24% pour celui de la "Russie juste", et 11,67% pour le Parti libéral-démocrate. Il devancerait ce dimanche le parti d'extrême droite LDPR (15,3%), en hausse de quatre points par rapport à 2011, et le Parti communiste russe (14,9%) en baisse de cinq points.

Ces résultats sont confirmés par le dépouillement de 6% des bulletins de vote qui donne des scores du même ordre de grandeur.

Il est encore trop tôt, compte tenu de la complexité du mode de scrutin, pour dire si le parti Russie Unie aura la majorité absolue à la Douma. Ils sont assurés d'une victoire qui mettrait le président russe sur la voie d'un 4e mandat, s'il décidait à se présenter à la prochaine présidentielle en 2018.

"À 11 heures, la participation au niveau national s'élevait à plus de 10 %, selon la commission électorale centrale".

Dans les deux principales villes du pays, Moscou et Saint-Pétersbourg, la participation était encore plus faible, à la fois par rapport à la tendance nationale et aux précédentes législatives. Cette participation modeste intervient après une campagne morne dans un pays en récession depuis 18 mois.

"Je savais pour qui voter".

Dans 2 jours, 110 millions d'électeurs russes seront appelés à voter pour élire les 450 membres de la Douma.

Contrairement aux élections législatives de septembre 2011, marquées par des fraudes et à la suite desquelles des centaines de milliers de manifestants étaient descendus dans la rue, le Kremlin avait voulu cette fois donner plus de transparence au processus électoral.

Dimanche matin, Ella Pamfilova a indiqué qu'elle avait eu écho de soupçons de fraudes à Barnaoul en Sibérie, et que la commission électorale centrale " pourrait réfléchir à annuler les élections " dans la région si celles-ci étaient confirmées. À ce titre, le président tchétchène Ramzan Kadyrov devra pour la première fois faire face aux électeurs depuis sa nomination à ce poste par le Kremlin en 2007.

Il s'agira également des premières élections législatives pour les habitants de la Crimée, péninsule ukrainienne annexée suite à une prise de contrôle par les troupes russes début 2014 avant un référendum pour son rattachement à la Russie non reconnu par Kiev et par les Occidentaux.

Recommande: