Libye : deux terminaux pétroliers aux mains des rebelles

13 Septembre, 2016, 02:24 | Auteur: Lynn Cook
  • Des soldats du gouvernement d'union nationale à Sirte le 3 septembre 2016

Les forces loyales aux autorités basées dans l'est de la Libye ont annoncé dimanche avoir pris le contrôle de deux importants terminaux pétroliers dans une zone contrôlée par des gardes alliés au gouvernement rival d'union nationale (GNA), formé au début de cette année avec le soutien de l'ONU.

Le pouvoir basé à Tripoli n'est plus maître des principaux ports qui permettent au pays d'exporter son or noir, sa principale richesse économique. Ali al Hassi, porte-parole du corps spécialisé des Petroleum Facilities Guards (PFG), a confirmé que les forces du général Haftar avaient pénétré dans Ras Lanouf et Es Sider, principal complexe pétrolier de ce pays d'Afrique du Nord, où une unité de stockage est en proie à un incendie provoqué par les combats.

Il a appelé à la mobilisation de ses troupes pour reconquérir les terminaux pétroliers. L'émissaire onusien pour la Libye Martin Kobler s'est déclaré " préoccupé " par les combats qui devraient selon lui " accentuer les divisions " entre Libyens.

Les troupes du général Haftar ont précisé qu'elles allaient confier à la Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) la gestion des terminaux "sans contrepartie", afin qu'elle puisse reprendre sans tarder ses exportations de pétrole.

Bien que reconnu par la communauté internationale, le gouvernement d'union nationale ne parvient toujours pas à imposer son autorité dans l'Est de la Libye.

"Les forces de Haftar ont lancé l'attaque en utilisant avions et artillerie", a dit un porte-parole des Gardes des installations pétrolières (GIP), une milice qui assure la sécurité des terminaux et a rejoint les forces fidèles au GNA.

Le gouvernement dirigé par le Premier ministre Fayez el-Sarraj installé depuis fin mars éprouve toutes les peines à faire reconnaître son autorité sur l'ensemble du pays.

Selon Michael Nayebi-Oskoui, spécialiste en stratégie géopolitique basé aux Etats-Unis, ce nouveau regain de violence reflètent surtout la fragilité interne de la Libye.

La Libye est sur le point de s'enfoncer un peu plus encore dans le chaos. L'incapacité de la Libye à sortir de la crise inquiète également les pays européens, confrontés à l'afflux des migrants traversant la Méditerranée depuis le littoral libyen.

L'armée américaine, qui soutient les forces loyales au gouvernement d'union à Syrte, a affirmé avoir procédé à dix frappes aériennes entre vendredi et dimanche dans cet ex-bastion de l'EI où les jihadistes sont désormais acculés dans un quartier. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Recommande: