Le Premier ministre Chavkat Mirzioïev nommé président par intérim — Ouzbékistan

11 Septembre, 2016, 01:50 | Auteur: Lynn Cook
  • Décès du président ouzbek Islam Karimov

Président Rivlin a écrit: "Au nom des citoyens de l'Etat d'Israël, j'envoie nos condoléances au peuple d'Ouzbékistan après la mort du président Islam Karimov, qui a dirigé le pays depuis son indépendance".

Sous le règne sans partage de Karimov, qui a dirigé l'ex-république soviétique pendant plus d'un quart de siècle, l'Ouzbékistan ne s'est aligné ni sur la Russie, ni sur les États-Unis, tout en tirant profit de leur rivalité dans la région.

Le Président russe est arrivé en Ouzbékistan ce mardi. Il a toutefois décliné cette responsabilité et a demandé qu'elle soit confiée au Premier ministre, "étant donné sa longue expérience des fonctions exécutives et le respect dont il jouit auprès de la population", dit le parlement dans un communiqué. "Nous espérons que tout ce qu'a entrepris Islam Karimov aura une suite" a déclaré le chef du Kremlin, laissant entendre qu'il privilégiait la poursuite de la politique autoritaire menée par le défunt en vingt-cinq ans de pouvoir.

Déjà responsable de la Commission chargée des funérailles de Karimov, le chef du gouvernement a une réputation d'homme brutal qui a longtemps eu la haute main sur l'exploitation du coton, dont la récolte fait appel à une main-d'œuvre forcée. Chavkat Mirzioïev, 58 ans, a accepté ce poste après le retrait du président du Sénat Nigmatilla Iouldachev, qui occupait la fonction de président par intérim conformément à la constitution. "Nous savons aussi que ces transitions fournissent une opportunité pour définir des manières de s'adapter et de croître plus fortement", a déclaré pour sa part Daniel Rosenblum, pointant la nécessité de réformes.

Le parlement de l'Ouzbékistan, avait nommé hier jeudi, Shavkat Mirziyoyev, président provisoire du pays. "En réalité, le processus de succession restera essentiellement une affaire interne", prédit le spécialiste de l'Asie centrale à la fondation Carnegie, Paul Stronski.

Recommande: