Ouzbékistan : le président Islam Karimov meurt des suites d'une hémorragie cérébrale

04 Septembre, 2016, 13:43 | Auteur: Lynn Cook

Islam Karimov, qui dirige l'Ouzbékistan d'une main de fer depuis plus d'un quart de siècle, est désormais "dans un état critique" après avoir été victime d'une hémorragie cérébrale, a annoncé vendredi le gouvernement au moment où l'incertitude règne sur son éventuelle succession.

Coma le samedi, "guérison" le jeudi, difficile de savoir comment se porte le chef de l'Etat ouzbek. Ses partisans mettaient au contraire en avant son rôle de rempart contre la montée des radicaux islamistes et la relative stabilité économique du pays le plus peuplé d'Asie centrale avec 30 millions d'habitants. Il est parvenu à se maintenir au pouvoir à l'indépendance de son pays, en 1991.

Si ses partisans affirment qu'il a conduit sans trop de heurts la transition vers l'économie de marché après la chute de l'URSS, ses détracteurs lui reprochent en revanche d'avoir laissé une élite corrompue s'emparer de tous les leviers du pouvoir. Il a été réélu l'an dernier pour cinq ans avec 90,4% des voix.

Selon le correspondant de franceinfo à Moscou, les autorités ouzbèkes font actuellement nettoyer le cimetière de Samarcande (où est né Islam Karimov) pour préparer ce qui semble être des funérailles. "Vu que cette situation est sans précédent pour l'Ouzbékistan en 25 ans après l'indépendance, personne ne sait si les gens suivront les règles une fois l'arbitre parti", s'est inquiété Scott Radnitz, spécialiste du pays auprès de l'Université de Washington. L'ONU a aussi critiqué un usage répandu de la torture dans les prisons ouzbèkes. Selon une évaluation de l'OSCE, 300 à 500 personnes avaient été tuées ce jour-là.

Recommande: