Jean Ping s'autoproclame "président" — Gabon

04 Septembre, 2016, 13:52 | Auteur: Lynn Cook

Le policier avait été blessé par des tirs à la tête dont les auteurs " ont été arrêtés", alors qu'ils " essayaient de quitter le Gabon", a précisé le ministre. "Le combat continue. Nos pères sont morts pour ce pays, nous, on prend la relève".

Les manifestants, dont beaucoup habillés de jaune - couleur de la campagne électorale de Jean Ping - brandissaient des pancartes disant "Ali Bongo dégage" ou encore "Free Gabon".

Malgré cela, le pouvoir en place représenté par Ali Bongo refuse catégoriquement tout recomptage des voix malgré un score serré de 49,8% pour Bongo contre 48,2% des voix pour Ping. Banderoles, panneaux: tous ciblaient Ali Bongo, traité notamment d'"assassin". Et lui comme son adversaire parlent en même temps de la nécessité de "retrouver le chemin de l'apaisement", un effort qu'il appartient à l'autre camp d'entreprendre, dés lors que chaque partie impute à l'autre les causes de la violence. Une exigence, a-t-il rappelé, formulée par "le Conseil de sécurité de l'ONU, l'Union européenne, l'Union africaine, la France et les Etats-Unis". "Se disant " parqués à l'extérieur comme du bétail (et) nourris de façon sommaire", ils avaient lancé, dans la matinée, un appel à la communauté internationale, en dénonçant " leurs conditions de séquestration " et " le hold-up électoral " commis par le régime. Mais il reste près d'un millier de personnes, également arrêtées sous différents prétextes, et dont le sort inquiète.

"Le monde entier connait aujourd'hui qui est le président de la République: c'est moi, Jean Ping".

"En tant que président élu, je suis naturellement très préoccupé par la situation de notre pays qui évolue vers un chaos généralisé. Je sais que l'apaisement ne peut survenir que si la vérité des urnes contrairement à ce qui a été proclamé par le ministre de l'Intérieur est rétablie et respectée sur la base des comptages des voix, bureau de vote par bureau de vote, tel que nous le souhaitons". Alors que le Gabon est en proie à des émeutes qui ont fait au moins cinq morts, depuis l'annonce de la réélection contestée d'Ali Bongo, l'opposant s'est autoproclamé, vendredi 2 septembre au soir, "président élu". Sinon, pour quel motif cette fuite en avant?

Le Gabon est-il en train de s'enfoncer dans une crise politique majeure?

"On a entendu des coups de feu toute la nuit".

Recommande: