Des leaders de l'opposition toujours retenus au QG de Jean Ping — Gabon

04 Septembre, 2016, 13:41 | Auteur: Lynn Cook

"Chacun devrait faire preuve de hauteur, renouer le dialogue pour rassembler le pays au lieu d'encourager les émeutes ". Les manifestants auraient utilisé des grenades et des fusils d'assauts de type AK-47. "Aussi j'en appelle à la responsabilité des uns et des autres, afin que le pays retrouve le chemin de l'apaisement", a encore dit M. Ping lors d'une conférence de presse à son domicile de Libreville, lors de sa première déclaration depuis la proclamation de la victoire du président sortant. "Il y a des voies pour faire une réclamation", a-t-il déclaré. Le candidat malheureux à la présidentielle a également précisé que plusieurs personnes ont été blessées.

Mardi, l'ancien ministre des Affaires étrangères s'était dit assuré d'être élu et revendiquait près de 60% des suffrages après dépouillement des bulletins de huit des neuf provinces du pays.

Des heurts violents ont éclaté dès l'annonce des résultats, faisant cinq morts à Libreville et provoquant l'arrestation de plus d'un millier de personnes.

Des manifestants qui se sont rendus drapés du drapeau gabonais vert blanc et bleu pour se rendre au Square Dorchester affirment que la situation au Gabon est intenable et qu'ils ne peuvent plus communiquer avec leurs proches qui sont toujours dans ce pays.

"Le monde entier connaît qui est le président de la République: c'est moi, Jean Ping".

Trois jours après l'annonce des résultats de la présidentielle, le Gabon restait sous haute tension, Jean Ping se proclamant "président élu" et réclamant un recompte des voix afin de chasser Ali Bongo.

Ces troubles sont très suivis à l'étranger et notamment en France où la communauté gabonaise est importante.

Le pouvoir est depuis cinquante ans entre les mains d'une famille, d'un camp [.] Le scénario se répète depuis 50 ans. Une centaine d'autres militants de l'opposition sont toujours retenus.

Il a par ailleurs fait savoir qu'il soutenait la demande de l'Union européenne qui a proposé de recompter, puis de publier les résultats bureau de vote par bureau de vote, et a appelé à un "engagement actif des institutions africaines dans la résolution des tensions".

"Certains hommes politiques tiennent des propos irresponsables, mettent de l'huile sur le feu, attisent les violences " a posté sur son compte Twitter, le porte-parole du gouvernement d'Ali Bongo.

" Cette victoire au score serré nous oblige".

"Ils disent ce que le pouvoir leur dit de dire", a-t-il dit.

Recommande: