Gabon: Paris "vivement préoccupé" par les violences

03 Septembre, 2016, 16:25 | Auteur: Lynn Cook

"Le QG a été bombardé par hélicoptère et cerné au sol par des troupes de la garde présidentielle, de la police et des mercenaires". L'opposition menée par Jean Ping conteste ce verdict et revendique un recomptage des bulletins de vote. Il a ajouté que les chiffres de la commission électorale s'appuyaient sur de faux documents.

Après quatre jours dune longue attente, le ministre de lintérieur gabonais a annoncé, mercredi 31 août, que le président sortant, Ali Bongo Ondimba, avait remporté lélection présidentielle.

Dans les " PK " (sortie de la ville), les quartiers Nzeng Ayong ou encore Nkembo, des détonations lourdes ont éclaté et des colonnes de fumée noires se sont échappées à plusieurs dizaines de mètres dans le ciel.

De son côté, le porte-parole du gouvernement a affirmé que la Garde républicaine avait investi le bâtiment pour retrouver "des criminels" responsables de l'incendie de l'Assemblée nationale.

Les gendarmes anti-émeute ont dispersé les mouvements de foule vers des ruelles en terre à coups de grenades lacrymogènes et assourdissantes, et de canons à eau.

En signe de ces vives contestations, les partisans de Jean Ping ont défié les membres des forces de l'ordre présents à Libreville, la capitale gabonaise. "Il y a 19 blessés dont certains très graves", a déclaré Jean Ping, précisant qu'il n'était pas sur les lieux.

Quelques heures après, en plein milieu de la nuit, le QG de Jean Ping a été pris d'assaut par les forces de sécurité gabonaises.

Au même moment, le président réélu sest félicité de cette élection "exemplaire", estimant quelle sétait passée "dans la paix et la transparence ". Auparavant, M. Ping avait évoqué la mort de trois personnes dans les manifestations consécutives à la proclamation des résultats.

"Il y a un doute sur leur sincérité, il convient que les recours s'exercent dans le respect de la loi et dans le cadre d'une procédure transparente et impartiale", a déclaré le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault. "Dans le cadre dun processus électoral, il ny a aucune place pour la violence ", a-t-il ajouté.

Ex-puissance coloniale, la France a demandé la publication des résultats de tous les bureaux de vote du Gabon (environ 2 500), relayant une demande de l'Union européenne (UE) - et de l'opposition. "Jappelle en conséquence toutes les parties à la plus grande retenue, afin déviter de nouvelles victimes".

"Avec l'Union européenne, la France appelle à la publication des résultats, bureau par bureau". LUE a également demandé aux protagonistes de maintenir le calme dans le pays.

Au lendemain de cette élection, les deux principaux candidats, Ali Bongo Ondimba, 57 ans, qui briguait un nouveau septennat, et Jean Ping, 73 ans, ancien président de la Commission de lUnion africaine et ancien ministre des affaires étrangères, avaient déclaré lun et lautre, dimanche 28 août, quils avaient remporté haut la main le scrutin. Washington a exprimé la même volonté. "On nous a volé les élections", criaient les manifestants.

Recommande: