Ping annonce 2 morts, plusieurs blessés dans l'assaut contre son QG — Gabon

02 Septembre, 2016, 00:37 | Auteur: Lynn Cook
  • Ping annonce 2 morts, plusieurs blessés dans l'assaut contre son QG — Gabon

Selon un porte-parole du gouvernement, cet assaut vise les "criminels" qui ont incendié l'Assemblée nationale.

"Ils ont attaqué vers 01H00 (locale, 00H00 GMT)". Ils ont bombardé par hélicoptères puis ils ont attaqué au sol. "Il y a 19 blessés dont certains très graves", assure-t-il.

M. Bongo Ondimba, 57 ans, devrait sa réélection à son score écrasant dans son fief familial, le Haut-Ogooué, où il aurait obtenu 95,46% pour plus de 99% de participation.

L'opposition qui, dès dimanche, avait auto-proclamé sa victoire à 60%, conteste les résultats officiels et revendique un recomptage des voix. D'après le journaliste de l'Agence France Presse présent sur place, six personnes, victimes de blessures par balles ont été accueillies à la polyclinique Chambrier et ce premier bilan pourrait s'alourdir. Plusieurs d'entre elles ont indiqué avoir été blessées par les forces de l'ordre près de l'Assemblée, incendiée dans l'après-midi. Un panache de fumée rouge et noir se dégageait dans la nuit au-dessus du palais Léon-Mba, selon l'AFP.

Protégée par des grilles, l'Assemblée nationale se trouve sur le prestigieux boulevard Triomphal, siège de grandes institutions (télévision d'Etat Gabon Télévision, Sénat, Centre culturel français, ministère du Pétrole, ambassades de Chine, de Russie...).

Au même moment, des policiers et des militaires sillonnaient la ville.

Après une nuit de pillages et d'émeutes meurtrières déclenchées mercredi soir, les forces de sécurité quadrillent toujours la capitale, Libreville.

Le Président Ali Bongo a réagi ce jeudi 1er septembre au lendemain de la proclamation de sa réélection contestée. Les forces de l'ordre ont aussi repoussé des manifestants, criant "Ali doit partir", qui tentaient de s'approcher du siège de la commission électorale (Cénap).

Ali Bongo a quant à lui invité ses concitoyens à respecter le résultat du scrutin et les institutions.

Jean Ping a annoncé "deux morts et plusieurs blessés de source sûre " et un " carnage ".

"Le candidat à l'élection présidentielle du Gabon, Jean Ping, exhorte le président Ali Bongo Odimba, officiellement déclaré vainqueur de ce scrutin, à respecter la volonté des urnes et du peuple gabonais". La diplomatie américaine a également réclamé la publication des résultats par bureau de vote. Même au sein du PDG (Parti démocratique gabonais), le parti au pouvoir, le secrétaire général a appelé à la "transparence" devant ce qui ressemble fortement à un passage en force.

Le numéro deux du parti, Faustin Boukoubi, a encouragé mardi la commission "à prendre toutes les dispositions idoines afin de publier des résultats fondamentalement crédibles".

Ex-baron du régime du président Omar Bongo, opposant tardif après l'élection de son fils en 2009, Jean Ping prétend mettre fin au règne de la famille au pouvoir depuis 1967.

Recommande: