Toujours des paris sur les gels de production — Pétrole

01 Septembre, 2016, 03:07 | Auteur: Aubrey Nash

Vers 13H30 GMT, le cours du baril "light sweet crude", référence américaine du brut, pour livraison en octobre baissait de 87 cents à 46,77 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

L'or noir orienté à la baisse en Asie Singapour - Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse mercredi en Asie en raison du renforcement du dollar et de propos d'un ministre iranien annonçant une hausse de la production de son pays.

Sur l'ICE Futures Exchange à Londres, le cours de Brent pour livraison en novembre chutait de 74 cents, soit 1,48 pc, à 49,41 dollars le baril.

Par ailleurs, le dollar continue de progresser après les déclarations faites vendredi par des responsables de la Fed et qui ont relancé les spéculations sur une hausse des taux d'intérêts.

Le vice-président de la Fed, Stanley Fischer, a de nouveau laissé la porte ouverte à une hausse rapide des taux d'intérêts alors que la Réserve fédérale s'abstient de mener cette politique depuis le début de l'année. Mais le léger accès de faiblesse de lundi n'a pas duré, les prix parvenant à se reprendre, quoique modestement, "trouvant toujours du soutien dans les attentes qu'un accord sur des plafonds de production soit conclu lors de la réunion des principaux producteurs de pétrole fin septembre à Alger", commentaient les analystes de Commerzbank. Les membres de l'organisation des pays exportateurs de pétrole se réuniront en marge du Forum international de l'énergie qui regroupe les producteurs et les consommateurs à Alger du 26 au 28 septembre prochain”.

Mais le marché est régulièrement gagné par le scepticisme quant à la possibilité de voir aboutir un tel accord, au gré des déclarations des plus importants membres de l'Opep, l'Arabie saoudite, l'Irak ou encore l'Iran, qui semblent davantage enclins à augmenter leurs productions qu'à la limiter.

En outre, l'Irak a augmenté sa production et l'Iran a fait savoir qu'il avait bien l'intention de récupérer ses parts de marché après la levée des sanctions.

Recommande: