Dix enfants tués dans un raid de la coalition arabe — Yémen

15 Août, 2016, 03:01 | Auteur: Lynn Cook
  • Ban Ki-moon condamne l'attaque d'une école au Yémen

Le Fonds des nations unies pour l'enfance (Unicef) a exhorté ce dimanche 14 août les belligérants à épargner les civils au Yémen, où les violences ont repris de plus belle en début de semaine après l'échec des négociations de paix entre pouvoir et rebelles. "En raison de l'intensification des violences au Yémen, le nombre d'enfants tués ou blessés dans des bombardements aériens ou par l'explosion de mines a augmenté de manière significative", a déploré l'Unicef.

Yémen: dix enfants tués dans un raid de la coalition arabe sur une école Sanaa - Dix enfants ont été tués au Yémen par des raids aériens de la coalition arabe menée par l'Arabie saoudite sur une école située dans une zone contrôlée par les rebelles Houthis, a indiqué l'ONG Médecins sans frontières (MSF) dimanche.

Mais dimanche matin, la coalition arabe a nié que ses avions aient visé une école dans le nord du pays en guerre, affirmant avoir frappé un centre où les rebelles Houthis entraînaient des enfants au combat, a indiqué son porte-parole. "Ils (les rebelles) utilisent des enfants comme recrues", a déclaré à l'AFP le général saoudien Ahmed Al-Assiri en démentant qu'une école ait été la cible de la coalition samedi. "L'aviation a bombardé (seulement) un camp d'entraînement" rebelle dans la région de Saada, a-t-il dit.

"Nous aurions espéré qu'au lieu de pleurer dans les médias, MSF prenne des mesures pour arrêter le recrutement d'enfants pour les guerres", a dit le général Assiri. "Notre question est la suivante: que font des enfants là-bas?", s'est-il interrogé. Ce responsable saoudien accuse les rebelles de "recruter des enfants et de les utiliser comme éclaireurs, gardes, messagers et combattants".

La guerre au Yémen oppose des forces progouvernementales, soutenues par une coalition arabo-sunnite, à des rebelles alliés à l'ex-président yéménite, accusés de liens avec l'Iran chiite.

Washington, qui considère la branche d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) basée au Yémen comme la plus dangereuse du réseau extrémiste, a conduit de nombreuses attaques meurtrières par drone contre des membres de cette organisation ces dernières années.

Très irritée, Ryad avait forcé le chef de l'ONU Ban Ki-moon à revenir sur cette décision en menaçant, selon des diplomates, de réduire ses financements aux agences onusiennes.

Mardi, la coalition arabe a mené pour la première fois en trois mois des raids aériens intensifs sur la capitale Sanaa qui ont entraîné la fermeture de l'aéroport.

L'Unicef a appelé toutes les parties "à respecter le droit international en ne visant que les combattants".

La coalition arabe avait été accusée dans un rapport de l'ONU d'être responsable de la mort de nombreux civils dont des enfants, ce qu'elle nie. La coalition accusait des Houthis de s'y cacher.

Recommande: