France: Prêtre assassiné: un suspect mis en examen

13 Août, 2016, 01:09 | Auteur: Sandy Vega
  • Le père Jacques Hamel célébrant la messe le 11 juin 2016 à l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray
          HO

L'homme qui était en contact avec les tueurs du prêtre de Saint-Etienne-du-Rouvray a été mis en examen ce vendredi soir pour "association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste" et écroué.

Après quatre jours de garde à vue, le jeune homme interpellé lundi à Pechbonnieu, dans la banlieue nord de Toulouse, devait être présenté à un juge d'instruction en vue d'une mise en examen dans l'enquête sur cet attentat, a annoncé à l'AFP une source judiciaire. Il a été placé en détention provisoire, conformément aux réquisitions du parquet de Paris.

Il était entré en contact avec eux via Telegram, messagerie cryptée prisée des djihadistes.

Titulaire d'un bac en électronique, sans emploi, le suspect, inconnu des services de renseignement, affirme s'être radicalisé rapidement, selon une source proche de l'enquête. L'assassinat a été revendiqué par l'organisation jihadiste Etat islamique (EI).

Les enquêteurs sont remontés jusqu'au suspect toulousain parce que les portables des deux assaillants figuraient dans les contacts de sa ligne téléphonique, selon la source proche de l'enquête.

Le 25 juillet, l'homme qui vient d'être mis en examen, est mystérieusement reparti à Toulouse.

D'après ses déclarations, il y aurait rencontré les deux auteurs de l'attentat du 26 juillet dans le cadre d'un stage de religion, deux jours avant l'attaque et serait reparti chez lui "parce que le contact n'était pas bon", a détaillé une source policière à l'AFP, sans pour autant avoir connaissance de ce projet d'attentat, toujours d'après ses dires. Que se sont-ils dit? Pourtant, dans les messages Telegram, il avait bien vu que Kermiche parlait d'une église et d'un couteau. Un voyage qui aurait été motivé par ses contacts sur Telegram, selon une source policière. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Recommande: