Le nageur Camille Lacourt: "Sun Yang, il pisse violet!"

11 Août, 2016, 02:29 | Auteur: Sue Barrett
  • Trois jours une seule médaille et alors

Le Français Camille Lacourt, cinquième de la finale olympique du 100 m dos, n'a pas du tout apprécié de voir gagner sur 200 m libre le Chinois Sun Yang, lundi à Rio. Il avait été contrôlé positif à un stimulant (Trimétazidine), mais l'information n'avait été rendue publique que quelques semaines plus tard. Seul Lacourt avait atteint une des quatre finales de la soirée, sans succès donc. "C'est triste qu'il y ait des gens contrôlés positifs, même deux fois pour certains, qui ont quand même l'occasion de nager aux Jeux olympiques". "Je suis très triste de voir mon sport évoluer ainsi".

Pour la Russe, ce fut d'abord une suspension de 16 mois en 2014 (stéroïde). La présence et la victoire de certains ex-dopés dans le bassin des JO tels que le nageur Chinois Sun Yang et la Russe Yuliya Efimova a suscité la colère et l'incompréhension de leurs adversaires. L'Américain Michael Phelps, lui, n'a pas ce franc-parler. Ça me donne envie de vomir de voir des gens qui ont triché sur les podiums.

A lire aussi: JO 2016: "Sun Yang, il pisse violet".

Dès lundi, le CIO avait bien tenté de calmer le jeu en demandant aux athlètes de cesser de se critiquer ainsi: "Nous encourageons clairement la liberté d'expression, mais, en même temps, les Jeux, c'est le respect des autres et le respect du droit des autres à participer aux compétitions, [.] dans la tranquillité, sans être agressé par les autres".

Hormis ce quatuor, le reste de la délégation tricolore a raté le coup d'envoi de ces JO cariocas: zéro pointé chez les judokas et les escrimeurs, Berezina au tennis (Tsonga, Garcia, Cornet et Mladenovic sortis en simple, les trois doubles déjà à la porte).

Un autre rayon de soleil est venu de la baie de Guanabara et de la véliplanchiste Charline Picon, championne du monde 2014, en tête au général après trois régates. Et on ne parle pas de l'équipe de France qui se déchire (voir par ailleurs).

Sur le papier, un podium est immanquable, avec le N.1 mondial, Gauthier Grumier, le champion d'Europe, Yannick Borel, et Daniel Jérent, le 6e mondial. "J'ai le privilège de ne pas avoir beaucoup de soupçons pour ma finale". L'argent du relais 4x100 m de Manaudou et ses camarades du sprint lors du 4x100 m dimanche soir.

Des propos forts, suivis par Michael Phelps.

Pour l'Américain, pas de coup de blues par contre.

Newsletter Matinale: ce qu'il faut savoir avant de commencer la journée!

Recommande: