L'Etat islamique perd le contrôle de Minbej — Syrie

07 Août, 2016, 00:59 | Auteur: Lynn Cook

Les missions danoises s'étaient jusqu'à présent concentrées sur l'Irak. A Alep, les rebelles entendent mettre fin au siège qu'impose le régime aux quartiers rebelles depuis le 17 juillet. Membre de l'OTAN, le Danemark participe à la coalition mise en place par les Etats-Unis contre l'EI dans le cadre de l'opération "Inherent Resolve" (détermination absolue).

L'Observatoire n'a pas précisé la nationalité des avions mais les aviations syrienne et russe ciblent régulièrement le secteur rebelle.

Le 31 juillet, les rebelles aidés du groupe djihadiste Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra) ont lancé au sud d'Alep une contre-offensive pour briser le siège imposé par le régime.

Enjeu majeur du conflit, la ville septentrionale d'Alep est divisée depuis 2012 entre quartiers est contrôlés par les rebelles et secteurs ouest aux mains du régime.

Le régime a, quant à lui, affirmé en soirée que ses hommes avaient repris plusieurs positions aux rebelles tout près d'Alep, alors que la situation militaire sur le terrain est très fluctuante.

Mais le régime qui cherche depuis des mois à reconquérir les quartiers rebelles laissés en ruines par les raids destructeurs et meurtriers, ne semble pas prêt de perdre la bataille.

Après des mois de combats contre l'EI et avec l'appui aérien de la coalition antiterroriste dirigée par les Etats-Unis, les FDS, dirigées par les Unités de protection du peuple kurde (peshmergas), ont finalement réussi à prendre le contrôle de la ville de Manbij, située dans le nord de la province d'Alep, selon le groupe d'observation.

Le porte-parole du Conseil militaire de Minbej, composante des FDS, Sherfan Darwish, a déclaré pour sa part à l'AFP que ses troupes contrôlaient 90% de la ville mais que des combats avaient encore lieu dans le centre de la localité.

Dans leur contre-offensive, les jihadistes ont lancé voitures piégées et kamikazes contre le mur d'enceinte des écoles militaires et ont pu y pénétrer à travers les ouvertures, selon le site pro-régime almasdarnews. "La majorité des morts sont des insurgés en raison des bombardements aériens", a indiqué le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

Depuis cette date, outre les quelque 500 combattants tués, au moins 130 civils ont également péri dans les affrontements, en majorité dans les quartiers contrôlés par le régime syrien, a indiqué l'OSDH.

Jeudi, le président américain Barack Obama a critiqué Moscou pour son appui militaire à Damas. "Je ne suis pas certain que nous puissions faire confiance à la Russie et à Vladimir Poutine et c'est pourquoi nous devons évaluer si nous pouvons ou pas obtenir une véritable cessation des hostilités" en Syrie, a-t-il dit.

Les forces coalisées kurdo-arabes se sont emparées samedi de Minbej, un fief du groupe djihadiste Etat islamique (EI).

"Pour l'EI, c'est la phase finale de la bataille". Mais cela ne veut pas dire que celle-ci sera terminée dans quelques jours car les secteurs toujours aux mains des jihadistes abritent une large population civile qu'ils utilisent comme boucliers humains, selon M. Abdel Rahmane.

La ville, proche de la fontière turque est était un carrefour important d'approvisionnement pour l'Etat islamique.

Recommande: