La Bourse de Paris termine en hausse

06 Août, 2016, 08:09 | Auteur: Aubrey Nash
  • PAUSE À WALL STREET APRÈS LA BAISSE DES TAUX DE LA BOE

(Easybourse.com) Hormis la bourse de Londres les places européennes sont restées de marbre jeudi à l'annonce d'une baisse des taux et d'un renforcement du programme de rachat d'actifs de la Banque d'Angleterre (BoE), des mesures destinées à éviter une récesison avant le Brexit.

Enfiévré ces dernières années par une montée vertigineuse des prix, le marché de l'immobilier donne des signes de tensions, faisant craindre à certains experts l'éclatement d'une bulle.

'Bien que des questions continuent de se poser sur l'impact réel d'une baisse du taux directeur d'un quart de point, il semble de plus en plus probable que nous observerons une telle action', estime Tony Cross, analyste de marché chez Trustnet Direct. C'est la première fois qu'elle actionne le levier de la politique monétaire depuis 2009.

L'institut a par ailleurs décider d'augmenter de 60 milliards de livres (77,7 milliards de francs) son programme d'assouplissement quantitatif, porté à 435 milliards de livres.

Tessi prenait 1,17% à 141,03 euros, grâce à une forte progression de son activité au deuxième trimestre, avec une croissance de 40,2% de son chiffre d'affaires, nourrie par de récentes acquisitions. La banque a aussi lancé un nouveau programme d'achats d'obligations d'entreprises, pour un maximum de 10 milliards de livres.

Jamais la Banque d'Angleterre n'avait révisé aussi fortement à la baisse en trois mois ses prévisions de croissance. Tout cela ne sera pas suffisant pour relancer la croissance: si la prévision de 2% pour cette année ne change pas, elle ne devait s'établir qu'à 0,8% pour 2017 (avant le Brexit, elle était estimée à 2,3%).

La chute d'environ 10 % de la livre sterling depuis le vote risque en outre d'alourdir le prix des importations et donc des produits vendus dans le pays, ce qui devrait, à court terme, y élever l'inflation, a prévenu la BoE. Primordial au Royaume-Uni, le secteur des services s'est contracté à un rythme inédit depuis plus de sept ans, a prévenu mercredi le cabinet Markit, qui, comme d'autres spécialistes, évoque un risque de récession. Son gouverneur, Mark Carney, avait déjà été omniprésent dans les jours qui ont suivi le séisme politique du référendum, apparaissant plusieurs fois à la télévision pour promettre que l'institut ferait le nécessaire pour stabiliser si besoin le système financier. Mais la détérioration visible depuis dans les indicateurs a cette fois incité à l'action.

La décision de la BoE pourrait toutefois avoir pour effet pervers de limiter encore davantage les marges des banques et les revenus des épargnants.

Recommande: