Moutko dit espérer une décision "raisonnable" du CIO — Dopage/Russie

05 Août, 2016, 03:08 | Auteur: Ruben Ruiz

La double championne olympique et porte-parole des 67 autres athlètes russes qui se disent victimes de cette injustice, compte bien aller défendre son titre à Rio. Nous serons alors à neuf jours des Jeux cariocas!

"Le problème du dopage existe dans de nombreux pays, alors pourquoi la Russie est le seul bouc émissaire du CIO?", s'est ainsi demandé le président de la Fédération russe de pentathlon, Viatcheslav Aminov.

Le pays fait l'objet de graves allégations de système de dopage d'État.

Ce mardi matin encore, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, s'était plaint auprès de son homologue américain John Kerry des "exigences provocatrices et antirusses" de l'Agence américaine antidopage, qui demandait elle aussi l'exclusion totale de la Russie.

Deuxième nation des JO-2012 avec ses 17 médailles dont huit en or en athlétisme, derrière les États-Unis, la Russie sera représentée par deux athlètes seulement à Rio, mais sans réelle chance de podium.

Concernant les cas individuels des sportifs russes, le CIO a en tout cas confirmé que "la présomption d'innocence" ne s'appliquait plus à leur égard.

"Le sport russe n'est pas à un pas, mais à quelques millimètres de l'abîme", résumait vendredi le journal Komsomolskaïa Pravda, en évoquant la réunion de la Commission exécutive du CIO dimanche, qui pourrait signer l'épilogue d'une semaine noire pour l'athlétisme et le sport russe en général.

Aucune de ces fédérations internationales n'a réagi à la "non-décision" du CIO. Priver la Russie des JO équivaut à une déclaration de guerre, et sachez que la Russie ne recule jamais devant une guerre quand on la lui impose " a menacé l'homme fort du kremlin. À l'inverse, le comité néo-zélandais s'est réjouit, lui, que le CIO " envisage " une telle sanction.

En attendant, le CIO a déjà formulé au ministre des Sports russe, Vitali Moutko, ainsi qu'aux officiels du ministère ou toutes personnes citées dans le rapport de McLaren, l'interdiction de se rendre aux Jeux de Rio. Si les sportifs russes peuvent donc encore rêver de Rio, M. Moutko, lui, n'ira pas au Brésil. Exit aussi Iouri Nagornykh, son adjoint, largement visé par le rapport McLaren, nommé à son poste en 2010 par Vladimir Poutine.

Le rapport McLaren est passé par là, en énumérant les tricheries, comme ces résultats de contrôles antidopage falsifiés et ces échantillons positifs prélevés lors des JO de Sotchi, puis escamotés par une "trappe à souris" avec l'aide des "magiciens" du FSB, les services secrets russes.

"Hier, une source diplomatique russe a dénoncé une tentative de " faire payer la Russie " par les États-Unis". La liste de la délégation russe a été constituée.

Rendez-vous à été donné à demain Jeudi 21 juillet 2016, où il y devrait y voir plus d'éclaircis, grâce a l'appuie du Tribunal Arbitral du Sport (TAS).

Recommande: