France: polémique sur une journée "burkini" dans un parc aquatique

05 Août, 2016, 07:03 | Auteur: Sandy Vega
  • Florian Philippot à Paris le 25 juin 2016

Se présentant comme une association "socio-culturelle, sportive et d'entraide pour femmes et enfants", Smile 13 a donné plus d'informations sur le déroulement de cette journée, sur sa page Facebook: "Bien entendu, il y aura des maîtres-nageurs hommes, c'est la raison pour laquelle l'association a négiocié afin qu'exclusivement le parc autorise la baignade en burkini (...) Les enfants garçons sont également autorisés jusqu'à 10 ans".

Imaginons que cette piscine ait été privatisée une journée par une association naturiste, désireuse d'y faire appliquer la même norme vestimentaire anti-textile que dans les campings pratiquant ses règles de vie: on peut raisonnablement parier que nul parlementaire n'eût protesté quant à la nudité obligatoire des participants, alors même que le code pénal, toujours lui, interdit au citoyen d'exhiber ses parties intimes sur la voie publique. La députée Les Républicains des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer dénonce sur Twitter des "actes communautaires insupportables". "Le minimum est un maillot une pièce avec paréo ou short-caleçon".

"Je prends un arrêté municipal interdisant cette manifestation sur la commune au motif qu'il est susceptible de troubles à l'ordre public", confie-t-il.

Le sénateur-maire Jean-Claude Gaudin soutient le maire des Pennes-Mirabeau, où se trouve le parc aquatique, Michel Amiel, qui sera d'ailleurs l'invité de France Bleu Provence ce vendredi matin à 7h50. Le sénateur-maire FN de Marseille Stéphane Ravier le dit également dans un tweet. Il reviendra au préfet de police d'entériner cet arrêté. "C'est une provocation dont on n'a pas besoin dans le contexte actuel". Des mots repris à l'identique par Florian Philippot, l'un des vice-présidents du Front national. "Cette journée islamique démontre qu'un certain nombre de musulmans se coupent volontairement de notre modèle républicain" affirme-t-il.

Une vision partagée par David Lisnard, le maire de Cannes.

Nouvelle polémique liée au voile à Marseille.

Le maire d'une ville au nord de Marseille tente d'empêcher la tenue d'un événement, le mois prochain, au cours duquel les femmes sont invitées à se baigner en maillot couvrant leur corps de la poitrine aux genoux. Il précise qu'il ne " s'immiscera pas dans un débat de fond ". La trésorière de l'association Smile 13 a ainsi dénoncé: "On est dans un pays faussement libre".

PS: nous n'avons pu joindre ni l'association Smile 13, ni la direction du parc aujourd'hui. "Nous sommes dans un pays laïc et chacun doit pouvoir pratiquer son culte comme il l'entend". "Ce n'est en rien anodin, la bataille 'du voile' est l'expression la plus visible de la volonté des intégristes de marquer leur territoire et de soumettre les femmes, comme les hommes en instaurant un territoire où l'islamisme s'affiche en uniforme et organise un véritable contrôle social " écrit-elle dans ce communiqué.

Recommande: