Trois gardes à vue dans l'enquête sur l'attaque de l'église

30 Juillet, 2016, 00:19 | Auteur: Lynn Cook

Un demandeur d'asile syrien a été placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), indique une source proche de l'enquête ce vendredi 29 juillet.

Il a été également communiqué que Petitjean a fait son apparition sur une vidéo diffusée par Daech sur laquelle lui et un autre participant à l'attaque de l'église prêtaient allégeance au groupe terroriste.

Selon Le Monde, la vidéo a été "partagée sur un groupe privé de la messagerie sécurisée Telegram, dont est membre" l'homme mis en examen. Enfin, dans une enquête distincte sur une filière syrienne, un homme qui pourrait intéresser l'enquête sur Saint-Etienne-du Rouvray a été interpellé.

L'enquête sur l'assassinat d'un prêtre dans une église en France a progressé jeudi avec l'identification formelle du deuxième tueur, récemment fiché pour radicalisation, alors que l'opposition de droite accentue ses critiques à l'égard d'un gouvernement accusé de laxisme.

Dans une vidéo publiée par l'Etat islamique par son agence de propagande, on voit un jeune homme proférant des menaces contre la France, François Hollande ou encore Manuel Valls. Sa carte d'identité avait été retrouvée au domicile du premier tueur, Adel Kermiche, un Français de 19 ans. Deux autres personnes étaient toujours en garde à vue vendredi, tandis que deux ont été relâchées. Ce suspect a été interpellé jeudi dans l'Allier, dans un centre d'accueil de demandeurs d'asile à Cusset, selon une source proche de l'enquête, confirmant des informations de La Montagne. Les enquêteurs cherchent à savoir si cet homme avait un lien avec Adel Kermiche, l'autre terroriste de Saint-Etienne du Rouvray.

Kermiche avait été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire dès mars 2015 pour avoir tenté de rejoindre les terres de jihad.

Trois jours après l'attentat, le premier à frapper un lieu de culte en France, l'enquête progresse. Le jeune homme était soupçonné d'avoir voulu se rendre en Syrie, après un aller-retour éclair en Turquie, les 10 et 11 juin.

Après la prière, de nombreux musulmans et musulmanes de tous âges se sont recueillis en silence pendant plusieurs minutes devant l'église où Jacques Hamel a été assassiné. "L'ancien chef de l'Etat a estimé cette semaine que la gauche était " tétanisée " par " la violence et la barbarie", et a accusé l'exécutif de se réfugier derrière des " arguties juridiques " pour refuser les propositions antiterrosites de l'opposition.

Recommande: