Royaume-Uni: Theresa May sera mercredi Première ministre

12 Juillet, 2016, 16:21 | Auteur: Sue Barrett
  • Montage de portraits de Theresa May le 27 juin 2016 à Londres et de Andrea Leadsom le 4 juillet 2016 à Londres- Montage de portraits de Theresa May le 27 juin 2016 à Londres et de Andrea Leadsom le 4 juillet 2016 à Londres- AFP  Archives BEN STANSALL

Si elle soutenait jusque là que seule une "brexiter" comme elle pouvait diriger le pays, la secrétaire d'Etat a changé d'avis, estimant finalement que Theresa May (qui avait discrètement pris parti pour le maintien dans l'UE) était "idéalement placée pour mettre en oeuvre le Brexit, dans les meilleures conditions pour les britanniques".

Toutefois, maintenant que le Brexit est voté, pas question de revenir dessus, a-t-elle prévenu.

Le Parti conservateur, profondément divisé par le référendum sur l'Europe, se retrouve uni derrière Theresa May, qui n'a pas fait campagne pour le Brexit.

Elle ne sera pas vraiment légitime et cela pour au moins deux raisons.

[Mis à jour le 11 juillet 2016 à 22h49] Après une victoire du oui au référendum sur le Brexit, organisé le 23 juin dernier au Royaume-Uni, David Cameron avait annoncé qu'il démissionnerait. Le Parti conservateur est allé vite. Les deux femmes n'ont pas eu d'enfant.

Pour le reste, Theresa May est longtemps restée dans l'ombre. La députée, mère de trois enfants, a affirmé au journal que son statut de mère lui conférait un avantage sur Theresa May, mariée sans enfants, alors même que la ministre de l'Intérieur avait révélé son infertilité dans une interview au Mail on Sunday six jours auparavant. Des déclarations qui ont été très critiquées.

Montage de portraits de Theresa May le 27 juin 2016 à Londres et de Andrea Leadsom le 4 juillet 2016 à Londres- AFP  Archives BEN STANSALL Leon NEAL
Royaume-Uni: Theresa May sera mercredi Première ministre

Conservatrice dans les faits, Theresa May est une réformiste dans l'âme. Une stratégie logique pour quelqu'un qui avait fait compagne pour le Brexit. On se souvient également de la façon dont elle avait tenu tête aux Etats-Unis en refusant l'extradition de Gary McKinnon, génie de l'informatique britannique, atteint du syndrome d'Asperger, accusé d'avoir piraté les ordinateurs du Pentagone.

Andrea Leadsom a déclaré aux journalistes, qu'elle se retirait de la course, car une campagne électorale de neuf semaines était hautement indésirable dans une période aussi critique. "Leadsom se range donc sur le côté".

"Je suis (.) parvenue à la conclusion que les intérêts de notre pays seraient mieux défendus par la nomination, sans attendre, d'un Premier ministre ayant les coudées franches, disposant d'un large soutien".

Cette nomination a été précipitée par un nouveau coup de théâtre: la décision lundi matin d'Andrea Leadsom, pro-Brexit, de jeter l'éponge, quatre jours seulement après avoir été sélectionnée comme finaliste à la course à la succession de M. Cameron.

Avec une seule candidate en lice, l'attente devient inutile, d'autant que le sentiment d'incertitude ne fait que s'aggraver au Royaume-Uni. "Nous aurons un nouveau ministre dans ce bâtiment derrière moi mercredi soir", a déclaré David Cameron devant le 10 Downing Street. Je suis ravi que Theresa May soit le prochain premier ministre, a-t-il déclaré. "Jeremy Corbyn est incapable d'apporter le leadership dont ce parti a besoin".

Le défi sera donc de rassembler à la fois les pros-UE, plutôt jeunes et diplômés de façon générale et les personnes plus âgées et la classe ouvrière qui ont abandonné le parti travailliste en votant pour le Brexit.

Recommande: