Pourtant maîtrisé, un homme noir est abattu par des policiers — États-Unis

12 Juillet, 2016, 07:17 | Auteur: Sue Barrett
  • Alton Sterling 37 ans vendait des CDs dans la rue avant d'être interpellé et abattu par deux policiers de la ville de Bâton Rouge

Confrontées à des réactions indignées émanant des quatre coins des Etats-Unis, les autorités américaines ont lancé mercredi une enquête fédérale sur l'homicide par balle en Louisiane d'un vendeur ambulant noir, maintenu au sol par des policiers.

L'affaire a pris une ampleur nationale après la diffusion d'une vidéo de la scène, qui s'est déroulée mardi à Bâton-Rouge. Il semble refuser d'obtempérer.

On voit sur le document les deux policiers sommer le vendeur à la sauvette de se coucher au sol.

"Une altercation a suivi entre Sterling et les agents". Sur une seconde vidéo, filmée sous un autre angle, l'homme est vu saignant abondamment du thorax.

Cette nuit-là, la police reçoit un coup de fil d'un individu affirmant qu'il s'est fait menacer avec une arme à feu par un homme vêtu d'un t-shirt rouge et vendant des CD.

Les deux agents impliqués ont été affectés à des tâches administratives, le temps que durera l'enquête, conformément au protocole de la police de Baton Rouge, selon un porte-parole du corps policier.

Le propriétaire du magasin devant lequel gisait le corps d'Alton Sterling a confié à la télévision locale que la patrouille s'était montrée "agressive". "Sterling a été abattu au cours de l'altercation et est décédé sur place", a écrit la police sur Facebook.

L'un des enfants d'Alton Sterling, Cameron, 15 ans, a éclaté en sanglots tandis que sa mère, Quinyetta McMillon parlait au micro. "Si le système est le même pour tous, il doit l'être aussi pour eux".

Se disant "profondément préoccupé", le gouverneur de Louisiane John Bel Edwards a appelé au calme, conscient que ce genre de drames ont récemment conduit à des émeutes dans plusieurs métropoles américaines.

La Maison Blanche a d'ailleurs proposé son aide, a indiqué Kip Holden, le maire de Baton Rouge.

La candidate démocrate à la présidentielle de novembre Hillary Clinton a estimé sur Twitter que "trop de familles noires sont en deuil".

"Il y a un vrai problème lorsque tant d'Américains ont des raisons de croire que notre pays ne considère pas qu'ils ont autant de valeur que d'autres à cause de la couleur de leur peau", a-t-elle ajouté. L'une de ces manifestations, à Dallas, s'est conclue jeudi par la mort de 4 policiers, tués par des tirs.

Concrètement, cela signifie que quelqu'un qui agresse un policier aura une peine plus lourde que s'il agressait un civil (jusqu'à six mois de prison supplémentaire pour un délit mineur, et cinq ans de prison en plus pour un crime.) Mais les critiques de la loi ont souligné que c'était déjà le cas en Louisiane, ainsi que dans de nombreux États américains, où les agressions de membres de forces de l'ordre sont assorties de peines plus lourdes.

Recommande: